Demande ACRE : comment l’obtenir ?

L’ACRE – pour Aide aux Créateurs et Repreneurs d’entreprise –  est un dispositif d’exonération de cotisations visant à favoriser la création et la reprise d’entreprise.

Qui peut bénéficier de l’ACRE ?

Sont éligibles à l’ACRE, les travailleurs indépendants relevant du régime micro-entrepreneur et entrant dans l’une des catégories suivantes, au moment de la création ou de la reprise de l’entreprise :

  • demandeur d’emploi indemnisé
  • demandeur d’emploi non indemnisé inscrit à Pôle Emploi six mois au cours des dix-huit derniers mois
  • bénéficiaire de l’ASS ou du RSA
  • personne entre 18 ans et moins de 26 ans
  • personne de moins de 30 ans reconnue handicapée
  • personne de moins de 30 ans non indemnisée car ne remplissant pas la condition de durée d’activité antérieure pour ouvrir des droits à l’allocation d’assurance chômage
  • personne salariée ou licenciée d’une entreprise en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire
  • personne ayant conclu un contrat d’appui au projet d’entreprise (sous certaines conditions)
  • personne créant ou reprenant une entreprise implantée au sein d’un quartier prioritaire de la politique de la ville
  • personne bénéficiaire de la Prestation Partagée d’Education de l’Enfant (PreParE)

Quelles formalités pour obtenir l’ACRE ?

Les travailleurs indépendants relevant du régime micro-entrepreneur et qui créent ou reprennent une entreprise doivent obligatoirement déposer une demande d’ACRE à l’aide du formulaire Demande de l’aide à la création et à la reprise d’une entreprise pour les autoentrepreneurs.
Cette demande doit être adressée à l’Urssaf au moment du dépôt de votre dossier de création ou de reprise.

Pour les travailleurs indépendants ne relevant pas du régime de la micro-entreprise et éligibles à l’ACRE, il n’y a pas de demande à effectuer pour bénéficier de l’Acre. L’obtention de l’ACRE est automatique dès la création ou la reprise de l’entreprise. Des vérifications à postériori sont susceptibles d’être effectuées, par demande écrite ou dans le cadre d’une procédure de contrôle.

Pour vous aider à accomplir cette démarche, contactez le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) le plus proche de vous

Quels sont les critères d’éligibilité ?

  • être en début d’activité
  • ne pas avoir bénéficié de l’ACRE dans les 3 années précédentes.
    Ce délai s’apprécie à compter de la cessation du bénéfice de l’ACRE au titre d’une activité passée.

Ne sont pas assimilés à un début d’activité :
– le changement du lieu d’exercice de l’activité concernée
– la modification des conditions d’exercice de l’activité professionnelle
– la reprise d’activité intervenue soit dans l’année au cours de laquelle est survenue la cessation d’activité, soit dans l’année suivante

Quel est le montant de l’aide ?

L’exonération ACRE diffère en fonction du régime social du créateur ou repreneur.

  • Les travailleurs indépendants relevant du régime micro-social
    bénéficient d’un taux de cotisations minoré jusqu’à la fin du 3e trimestre civil qui suit celui de la date de début d’activité.
  • Les travailleurs indépendants ne relevant pas du régime micro-social
    bénéficient d’une exonération pendant 12 mois à compter de la date de leur affiliation à la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI).

Le montant de l’exonération dépend du montant du revenu annuel pris en compte lors de la déclaration des revenus réels :
– l’exonération est totale si le revenu professionnel est inférieur à 30 852 € (75% du plafond annuel de la Sécurité sociale),
– l’exonération devient dégressive si le revenu professionnel est supérieur à 30 852 € et inférieur à 41 136 € (entre 75% et 100% du plafond annuel de la Sécurité sociale),
– l’exonération n’est pas applicable lorsque le revenu professionnel est supérieur à 41 136 € (plus de 100% du plafond annuel de la Sécurité sociale).

L’exonération porte sur les cotisations :
– de l’assurance maladie, maternité, invalidité, décès
de l’assurance vieillesse de base
– d’allocations familiales

Les contributions suivantes restent dues :
– la CSG-CRDS
– la contribution à la formation professionnelle
– la CURPS pour les professionnels de santé
– la retraite complémentaire obligatoire (pour les artisans et les commerçants).

A noter : Pour les bénéficiaires de l’ACRE avant le 1er janvier 2020, le cumul de l’exonération ACRE et du régime de l’auto-entrepreneur se traduit par l’application de taux de cotisations et contributions sociales réduits, pendant 12 trimestres au maximum. Les taux d’exonération sont de 25% jusqu’à la fin du 3ème trimestre civil qui suit celui au cours duquel intervient la date d’effet de l’affiliation, 75% pour les 4 trimestres civils suivants, 95% pour les 4 trimestres civils suivant.

Avis clients

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Cliquez sur les étoiles pour attribuer une note de 1 à 5

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
CFE Amiens-Picardie Contacter par email
CFE Grand Hainaut Contacter par email
CFE Grand Lille Contacter par email
CFE Littoral Hauts-de-France Contacter par email

Découvrez aussi ces solutions

Accompagnement « Coup de pouce »

Un accompagnement pragmatique pour identifier les aides auxquelles vous pouvez prétendre, et vous aider à monter le ou les dossier(s) ...

Découvrez cette solution

Mise à jour de votre carte de commerçant ambulant

Les documents et démarches pour actualiser votre carte de commerçant ambulant.

Découvrez cette solution

Renouvellement de votre carte de commerçant ambulant

Les documents et démarches pour renouveler votre carte de commerçant ambulant.

Découvrez cette solution

A lire également

formalités - réglementation

Toutes les démarches pour créer sa micro-entreprise

La micro-entreprise (ex auto-entreprise) permet de cumuler une activité indépendante à une activité principale. C’est donc le statut idéal pour ...

formalités - réglementation

Circulation des travailleurs transfrontaliers : point sur les attestations obligatoires

Vous devez vous déplacer en Belgique pour raisons professionnelles ? Depuis vendredi 19 mars, vous devez vous munir impérativement des ...

Où implanter son commerce pour réussir ? 
formalités - réglementation

Où implanter son commerce pour réussir ? 

Si personne n’a de boule de cristal pour lire l’avenir, l’analyse du contexte économique et commercial du futur lieu d’implantation ...