Lettre ouverte aux chefs d’entreprise élus de la CCI Hauts-de-France

Cher(e) collègue,

Ce jeudi 30 novembre, nous vivrons une assemblée générale très importante pour l’avenir de notre réseau puisqu’elle devra se prononcer sur l’adoption d’un nouveau schéma directeur pour les CCI Hauts-de-France.

Depuis plusieurs semaines, j’écoute, je lis la presse et je suis surpris par la violence des attaques sur la forme et par un grand nombre de contre-vérités sur le fond. J’ai refusé la médiatisation car je ne pense pas qu’il soit dans l’intérêt des CCI d’afficher des polémiques publiques au moment où, en plus haut lieu, on s’interroge sur l’utilité et l’efficacité de nos missions.

Nous ne sommes plus dans la situation de 2016. Fin 2018, nous aurons perdu, en 5 ans, près de 50% de nos ressources fiscales. Comment peut-on parler « prétexte » ? Moins d’un an après le début de la mandature, nous devons déjà faire face à une nouvelle baisse de – 17%. Pensez-vous que nos CCI vont survivre longtemps à ce rythme ? Cela fragilise l’ensemble de nos actions et inquiète énormément, et je les comprends, nos collaborateurs pour qui j’ai le plus grand respect.

Nous sommes tous des entrepreneurs. Quelle entreprise peut perdre 50% de ses recettes et continuer à vivre comme avant, sans rien changer ? Qui n’a jamais été contraint de modifier sa stratégie en raison d’événements non prévus ?

Nos CCI ont le choix : le statu quo ou l’actionNous choisissons l’action.

Notre conviction est que le passage en CCI locale est le moyen le plus efficace et le plus rapide de constituer un vrai réseau ambitieux et solidaire au service des entreprises et des territoires des Hauts-de-France.

C’est le sens de l’Histoire. Le temps où chacun vivait et décidait seul est révolu. Qu’on le veuille ou non, depuis la constitution de la grande région, qui s’est imposée à nous, nos destins sont liés.

Les CCI de l’Artois, du Littoral, de Grand Lille, de Grand Hainaut et maintenant de l’Aisne, ont souhaité le passage en CCI locale pour aller, au-delà d’une simple mutualisation de moyens, vers un destin commun, ce qui ne signifie en rien l’abandon des territoires et de la proximité.

L’enjeu est au contraire de s’unir pour être plus forts, plus ambitieux et plus crédibles, dans l’ensemble des projets et dynamiques que les CCI portent pour les entreprises et les territoires. Pourquoi ?

  • Parce que les établissements publics que sont les CCI doivent servir toutes les entreprises de tous les territoires avec la même ambition et une solidarité financière qui existe déjà mais que nous voulons plus forte,
  • Parce qu’en étant un réseau soudé, les CCI seront plus fortes dans le soutien des grands projets, notamment d’investissement, vis-à-vis des partenaires,
  • Parce que la mutualisation de certaines fonctions est naturellement source d’économies,
  • Parce que le seul fait de faire des économies n’est plus suffisant par rapport aux attentes exprimées par les pouvoirs publics,
  • Parce que tous les réseaux publics et parapublics ont commencé à mettre en œuvre des processus de rationalisation et de simplification.

Une CCI locale n’est ni une antenne, ni une agence, ni une délégation. Elle exerce pleinement, au même titre qu’une CCI territoriale (Code du commerce L. 711-25), les missions de proximité, tant dans le domaine de l’appui à l’entreprise et de la formation que de la gestion de filiales, des zones d’aménagement ou des ports et aéroports du territoire. Une CCI locale est organisée institutionnellement comme une CCI territoriale (Code du commerce L.711-23 et L.711-24), avec une Assemblée élue et un Bureau émanant de cette assemblée. Cette autonomie est inscrite dans la loi. Y-a t‘il meilleure garantie ?

L’enjeu est aussi de mieux travailler ensemble. Notre efficacité collective souffre chaque jour de notre dispersion. Nous avons commencé mais cela est loin d’être suffisant : il faut aller plus loin, plus vite dans la mutualisation, dans la simplification de nos modes de fonctionnement et faire sauter nombre de verrous comportementaux qui freinent la construction commune.

Allons-nous repousser à la prochaine mandature la responsabilité du changement ? Le statu quo n’est pas une solution. Dans une économie numérique, ouverte, fulgurante, devons-nous attendre ? Quand les entreprises comme les établissements publics accélèrent leur mutation, devons-nous encore « prendre le temps de la réflexion » ?

Notre conviction est que chaque territoire doit garder ses spécificités et son dialogue collaboratif avec les partenaires locaux, mais que nos CCI ont beaucoup à gagner à construire un ensemble moderne, exemplaire, coopératif efficace et performant au service de toutes les entreprises, de Fourmies à Amiens, de Lille à Creil, de Dunkerque à Soissons.

Soyons solidaires pour servir de manière identique toutes les entreprises dans tous les territoires des Hauts-de-France,

Soyons ambitieux et innovants avec de grands investissements et de grandes infrastructures pour le rayonnement économique de notre région,

Soyons efficaces, modernes et performants au service de tous.

Travaillons davantage dans la collégialité, la transparence, dans la confiance et unissons nos moyens, nos compétences, nos expertises et nos talents pour constituer un réseau fort au service de l’ensemble des territoires et des entreprises des Hauts-de-France.

C’est ce que nous vous proposons.

Philippe
HOURDAIN

Président
CCI de région Hauts-de-France

Olivier
JACOB

Président
CCI Aisne

Jean-Marc
DEVISE

Président
CCI Artois

Bruno
FONTAINE

Président
CCI Grand Hainaut

Yann
ORPIN

Président
CCI Grand Lille

François
LAVALLEE

Président
CCI Littoral Hauts-de-France

Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button