Testé pour vous : les problèmes de trésorerie

Nos experts sont là pour vous en dire plus
Sébastien Pluche Directeur Entreprendre, Transmission, Juridique, Formalités

Aisne

03 23 06 01 96
Laurence Delotal

Amiens-Picardie

03 22 82 22 53
Corinne Brozda

Artois

03 21 23 95 58
Marina Escano

Grand Hainaut

03 27 51 31 26
Anthony Gudin

Grand Lille

03 20 63 77 77
Bénédicte Waymel

Littoral Hauts-de-France

03 21 46 00 00
Je suis une jeune créatrice d’entreprise des Hauts-de-France. J’ai eu une idée de business. Lors de mon accompagnement à la création par la CCI, mon interlocutrice avait bien insisté sur le plan de trésorerie, qui est le nerf de la guerre en matière de lancement d’activité. Même si j’ai été la plus prudente du monde dans l’installation de mon commerce, force est de constater qu’il y a eu quelques décalages.
Je vous raconte. 
Testé pour vous les problèmes de trésorerie1

« Plan de trésorerie » : je n’avais jamais entendu parler de ce mot avant de créer mon entreprise. La trésorerie, c’est le trésor, l’argent liquide de l’entreprise, qu’on doit surveiller comme le lait sur le feu. Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie ? C’est un tableur dans lequel on va reporter tous les encaissements et décaissements prévus, mois par mois, pour la première année. Et bien entendu, les prévisions ne correspondent jamais exactement à la réalité.

Salomé D (Lille)

Ma première erreur a été de
ne pas afficher les entrées ou les sorties de fonds en TTC puisque je suis assujettie à la TVA

Si je récupère la TVA payée pour mes achats, je collecte pour le compte de l’Etat la TVA que j’applique sur mes achats… en ayant un jour à la lui reverser. Et comme ces sommes sont déjà encaissées, l’administration fiscale ne plaisante pas : elle prélève les fonds le jour J  mais encore faut-il que le compte bancaire soit approvisionné en conséquence. Dans le montage de mon plan financier, un crédit de TVA était prévu, donc de ce côté-là, tout s’est bien passé !

Ma deuxième erreur
est de n’avoir pas bien pris en compte les dates d’échéance

En effet, dans le tableau de trésorerie, chaque entrée ou sortie d’argent doit être reportée dans la colonne du mois où elle doit normalement avoir lieu : par exemple, un achat effectué en janvier et payable en mars, est imputé dans la colonne des décaissements de mars. En gros, j’ai fait un plan de trésorerie à l’année avec le montant des dépenses annuelles et en divisant par 12 mois pour connaître les charges mensuelles de mon entreprise et le chiffre d’affaires à encaisser pour atteindre le point d’équilibre.
Mais cette méthode ne prend pas en compte les décalages de trésorerie : quand une marchandise ou un service sont achetés mais payés après un certain délai ou quand une marchandise ou un service sont payés au comptant.

Le plan de trésorerie

L’avantage du plan de trésorerie, c’est qu’il différencie dans les encaissements ce qui relève de l’exploitation ou pas : l’exploitation, ce sont les dépenses courantes de l’entreprise (les fournitures, la marchandise vendue par exemple) alors que les investissements (dans les « outils » de l’entreprise comme les meubles, la vaisselle, l’énergie, etc.) seront amortis d’un point de vue comptable. Même logique dans la colonne des décaissements mais avec une ligne supplémentaire sur les remboursements d’emprunt.
Si j’avais fait le tableau de trésorerie en suivant les règles, j’aurais pu anticiper le solde de trésorerie du mois (et ce qui reste à la fin sur le compte bancaire) et le solde cumulé d’un mois sur l’autre (afin de vérifier que je suis bien en mesure de payer les factures en cours).
Parce que le principal problème, c’est que le banquier ne vous fera pas de faveur la première année : le mien ne m’a pas accordé de découvert autorisé, il attend de voir le bilan de ma première année d’activité. Résultat, j’ai dû puiser dans mes économies pour alimenter les comptes courants d’associés et faire face à des dépenses imprévues à la fois d’investissement (un équipement supplémentaire pour sonoriser mon espace que je n’avais pas anticipé) et d’exploitation (j’ai vendu plus que prévu, j’ai donc du acheter plus de marchandises que prévu).

BON A SAVOIR

La plupart des disparitions d'entreprises au cours de la première année sont le fait de problèmes de trésorerie

Quand l’entreprise a pris un rythme de croisière, les problèmes de trésorerie peuvent toujours apparaître, quand il faut par exemple investir pour une prestation avant qu’elle ne soit payée.  Pour conserver une trésorerie saine, il faut alors remettre au pot en trouvant d’autres financements que les bénéfices de l’entreprise, augmenter les fonds propres de l’entreprise en demandant aux actionnaires d’ajouter une certaine somme et/ou négocier des crédits de fonctionnement avec sa banque comme l’escompte, le Dailly (vous cédez les créances professionnelles à votre banque afin qu’elles vous les avancent) ou encore le découvert. Tout en sachant que toutes ces opérations ont un coût et qu’il faut en prendre compte… dans votre précieux tableau de trésorerie.
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button