Testé pour vous : monter son business plan

Je suis une jeune créatrice d’entreprise des Hauts-de-France. J’ai eu une idée de business. Je vous avais déjà raconté mon retour d’expérience sur le montage d’un business plan en ligne avec CCI Business Builder. Cette fois-ci, j’ai rencontré pour la première fois un conseiller CCI.

teste pour vous rencontre conseiller cci newsroom

J’étais un peu comme tous les créateurs : je vais y arriver toute seule, il n’y a pas de raison que je « fasse appel » à un conseiller comme c’est marqué à chaque ligne du CCI Business Builder, l’outil en ligne qui permet de construire un business model et son business plan. Je préfère vous prévenir : on a beau avoir passé des heures et des heures sur le business plan en ligne, la première rencontre avec le conseiller risque… de remettre pas mal de choses en question. ‘C’est essentiel d’avoir ce regard extérieur sur le dossier, on parle souvent d’effet miroir de l’accompagnement‘, me rassure mon interlocutrice.

Concrètement, je suis sortie de là en ayant… presque tout à refaire.

Salomé D (Lille)

La présentation

Dans mon introduction, la synthèse faisait remonter des chiffres alors qu’il fallait y faire un pitch, un « executive summary » (résumé opérationnel en français) : il résume le projet de création en mettant en avant les points clefs du projet. Le tout ne doit pas excéder une dizaine de lignes, grand maximum. Et vous vous servirez de ce document à tout bout de champ par la suite.

Si j’avais bien mis les éléments de contexte de mon projet de création, je n’avais pas bien mis en avant la genèse du projet. ‘Il faut raconter une histoire et déjà esquisser la stratégie de développement du projet car il faut toujours veiller à l’équilibre économique du projet’, conseille mon accompagnateur.

Ne pas oublier de bien mettre en valeur si possible l’adéquation du profil du créateur avec le projet : je n’avais par exemple pas assez mis en valeur la force de mes réseaux tissés au cours de ma vie professionnelle.

L’offre et son marché

Dans l’offre, je n’avais pas assez détaillé les prix. En clair, il faut avoir la liste de tous les services et produits que vous proposez, sans oublier les tarifs promotionnels, les prix dégressifs, les ventes en gros, les abonnements, etc.

La connaissance des typologies de clients est essentielle, elle va permettre de vous positionner sur le marché. A qui vous vous adressez et pourquoi ? Et surtout, comment votre offre se différencie par rapport à ce que proposent les autres ?

Les concurrents

J’avais juste mis une ligne et évidemment, ce n’était pas assez. Il faut lister absolument tous les concurrents, dans un seul et même document, avec une description précise de leurs activités mais également leurs tarifs. L’idéal est de les classer par catégories mais cela peut aussi être une zone géographique ou un mode de fonctionnement.

C’est ce document qui vous servira plus tard à faire un tableau synthétique, afin de convaincre les financeurs, et notamment le banquier, que vous êtes bien positionné en termes de prix sur le marché convoité.

Cette partie va aussi vous aider à établir finalement votre offre et vos prix, toujours avec l’idée de vous différencier de ce qui se fait déjà. Toujours répondre à la question : en quoi suis-je différent des autres et en quoi est-ce plus intéressant pour les clients ?

Le chiffre d’affaires

Il comprend la liste de vos services avec leurs prix mais également une projection des ventes effectuées. Attention, il se fait toujours en HT, c’est important à préciser quand on sait que la TVA sur les services est de 20%. Si vous ne savez pas par où commencer, le mieux est toujours de discuter avec des personnes qui mènent la même activité : ils seront les mieux placer pour vous donner une fourchette de ce qui est faisable… ou pas.

La tentation est grande de mettre un chiffre d’affaires qui puisse équilibrer le budget mais vous ne tromperez pas le banquier, qui possède des ratios bien précis par secteur d’activité. Faites également bien la balance, si vous comptez recruter les salariés, entre le temps de travail et les recettes générées.

Les dépenses

Là encore, pas de secret : il faut faire établir des devis, rencontrer les fournisseurs, demander les factures pour l’électricité, le gaz, la taxe d’habitation, etc. Car à un moment ou à un autre, le banquier ou les organismes de cautionnement vont bien finir par vous les demander !

Le conseiller peut directement accéder à votre dossier et valider les étapes à distance, « l’idéal étant quand même de rencontrer le conseiller« .

Tous les éléments que vous avez mis dedans vont vous servir à créer un document détaillant votre projet et à en tirer un pitch, sorte de résumé du projet qui sera bien utile à vous et à vos interlocuteurs par la suite !

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
Corinne Brozda Contacter par email
Marina Escano Contacter par email
Anthony Gudin Contacter par email
Bénédicte Waymel Contacter par email

Découvrez aussi ces solutions

Atelier du créateur-repreneur

Des réunions d'information pour vous apporter les réponses essentielles à la bonne conduite de votre projet

Découvrez cette solution

CCI Business Builder

CCI Business Builder est la 1ère application web 100% dédiée aux entrepreneurs. Lancez vos projets d’entreprise en ligne avec l’aide ...

Découvrez cette solution

Conseil en création-reprise

Un accompagnement personnalisé pour vous guider dans la création de votre activité

Découvrez cette solution

A lire également

Création business plan : j'ai testé pour vous
entreprendre

Création business plan : testé pour vous

Je suis une jeune créatrice d’entreprise des Hauts-de-France. J’ai eu une idée de business. Je me suis lancée dans le ...

cci business builder les étapes à ne pas brûler
entreprendre

Business plan en ligne : ne brûlez pas les étapes

Avec CCI Business Builder, cliquez, construisez votre business plan en ligne mais, n'oubliez pas que chaque étape est importante. Ne ...

entreprendre

La création d’entreprise en Hauts-de-France

Plus de 34 600 entreprises ont été créées dans les Hauts-de-France en 2017