Takapas : un projet d’économie circulaire rev3

Takapas, c’est un nouveau service de récupération de chaussures de sécurité pour mieux les recycler. Cette nouvelle entreprise de l’économie circulaire a bénéficié de nombreuses aides financières et techniques. Revue de détail.

  • Une subvention pour financer la recherche et développer une solution innovante d’économie circulaire,
  • Un accompagnement de la CCI Hauts-de-France pour valoriser le bilan carbone de la solution et renforcer la présence numérique de la jeune entreprise,
  • Une prise en charge de la moitié du salaire de la nouvelle manager de projet, via le dispositif régional ARDAN,

Dans la région des Hauts-de-France, on emploie les gros moyens pour accompagner les entreprises créées dans le cadre de la transition écologique !

L’idée de recycler les chaussures de sécurité trotte depuis longtemps dans la tête de Vincent Bia, gérant de Bia Fournitures industrielles installé à Calais. Avant qu’il ne trouve enfin une  solution !

Il aura fallu deux ans d’expérimentation et de recherche, plusieurs tests réalisés en grandeur nature pour aboutir une solution enfin commercialisable’, résume Justine Chevalier, manager de projet chez Takapas, nouvelle entité créée spécialement pour le recyclage des chaussures de sécurité. ‘Nous sommes aujourd’hui capables de recycler et de valoriser 98% d’une chaussure de sécurité, et notamment la coque en métal et la semelle anti perforation mais aussi pour produire du combustible solide de récupération (CSR) remplaçant des énergies fossiles comme le charbon ou l’électricité’, énumère Justine.

Un accompagnement rev3 vers la transition écologique

C’est d’abord dans le cadre de la dynamique régionale rev3, pour l’accompagnement de la transition écologique des entreprises, que Takapas a pu obtenir une aide financière pour la recherche et le développement du service. L’objectif était de missionner l’expertise d’un laboratoire afin d’avancer sur le process, car les chaussures de sécurité professionnelles peuvent être fabriquées en moyenne de 20 à 25 composants différents ! La subvention a été financée conjointement par le Conseil régional des Hauts-de-France et l’ADEME, l’agence de la transition écologique.

C’est ensuite dans le cadre d’un booster Transition écologique pour les TPE, pris en charge également par le Conseil régional, que la CCI Hauts-de-France a accompagné cette entreprise. Cette fois-ci, l’objectif était bien de proposer une démarche de bilan carbone, pour mieux valoriser l’avantage de faire recycler ses chaussures de sécurité et sur les bénéfices réels. ‘Nos clients posent beaucoup de questions sur l’impact carbone des solutions Takapas que nous proposons : communiquer sur ce point est donc essentiel’, souligne Justine Chevalier.

Et même si ce mot de bilan carbone peut parfois faire peur à une TPE avec peu de moyens, la conseillère rev3, Magali Tribondeau, de son côté, rassure.
Nous disposons d’une grille d’analyse et nous l’adaptons en fonction de l’entreprise, notamment pour les plus petites, afin de ne pas avoir à leur demander une tonne de données et ne pas être trop chronophage’. Surtout, l’entreprise est formée pour être autonome dans l’évolution future de la grille d’analyse : les années suivantes, il suffira de mettre à jour les données et de suivre les indicateurs, afin de valoriser les efforts.

‘Le bilan carbone permet en effet de mieux valoriser l’impact du recyclage d’une chaussure de sécurité auprès des clients. Cela devient un critère de choix, une grande attention est portée de manière générale à la politique RSE responsabilité sociale et environnementale des entreprises’, constate Magali Tribondeau. En valorisant les matières premières, la solution Takapas évite ainsi l’émission de CO2. ‘Les entreprises recherchent en effet de plus en plus à trouver des solutions, plus vertueuses. La législation évolue en effet en faveur de la valorisation des équipements de valorisation individuelle’, poursuit la conseillère de la Chambre de commerce et d’industrie.

Une formation au numérique pour renforcer sa visibilité

Une fois le savoir-faire acquis, reste le faire savoir.
Grâce au ‘Booster numérique’ notamment, Justine a également bénéficié d’une formation au numérique, pour mieux comprendre les enjeux liés à la présence en ligne d’une entreprise, notamment via les réseaux sociaux. ‘C’était aussi l’occasion de refaire complètement le site internet, et la CCI Littoral Hauts-de-France nous a guidés dans l’établissement de nos besoins et du cahier des charges, afin de trouver le bon prestataire au meilleur prix. C’était également l’occasion d’apprendre à proposer des formats numériques plus responsables, dans l’esprit de notre activité d’économie circulaire’, conclut Justine Chevalier.

Une aide financière via le dispositif Ardan

Le poste même de Justine Chevalier a bénéficié d’une aide financière, via le dispositif ARDAN (Action régionale pour le développement d’activité nouvelles). Le Conseil régional facilite l’intégration d’un pilote de projet (personne inscrite à Pôle Emploi), avec une prise en charge de 50% du salaire brut du pilote de projet (soit une participation plancher 1000 €/mois) mais aussi en proposant un plan de formation adapté. C’est un coup de pouce bienvenu pour tester une nouvelle activité, conquérir de nouveaux marchés et aussi structurer la nouvelle fonction.

Laisser un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Contactez-nous Contactez-nous
Rev3 La 3e révolution industrielle en Hauts-de-France Contacter par email

A lire également

rev3 - développement durable - RSE

Comment les acteurs de Norlink décarbonent les transports et la logistique en Hauts-de-France 

En rassemblant tous les acteurs de la chaine logistique, Norlink Fédération a fait naitre un collectif inédit, engagé à faire ...

rev3 - développement durable - RSE

Transition énergétique des entreprises : quand rev3 guide les transformations écologiques

Rendre la transition écologique plus simple pour les entreprises, tel est l'objectif du référentiel rev3 entreprises.

rev3 - développement durable - RSE

Economiser l’eau en entreprise : comment aller plus loin avec la CCI et rev3 ?

L’eau est une ressource vitale… qui se raréfie. Alors qu’elle est pourtant essentielle à la production industrielle et économique !

Ces événements pourraient vous intéresser

4ème édition de Métha’Morphose

09h30 - 16h20
Gosnay
Voir

Découvrez aussi ces solutions

Programme « Baisse les Watts »

Un accompagnement pour mieux comprendre et maîtriser votre consommation énergétique.

Découvrez cette solution

Accompagnement à la gestion de l’eau

Un accompagnement pour redéfinir vos usages et mettre en place une gestion plus durable de l'eau.

Découvrez cette solution

Flashdiag – biodéchets

En 7 questions, obtenez un diagnostic de vos pratiques et améliorez la gestion des biodéchets

Découvrez cette solution