Quand les pépinières d’Amiens Picardie se mettent au service des nouvelles entreprises du numérique

Les pépinières Amiens-Picardie proposent des locaux professionnels que les jeunes créateurs d’entreprises peuvent louer à des prix imbattables, pour justement les aider au démarrage. La prestation va bien sûr au delà du simple hébergement. Les start-ups du numérique profitent pleinement de ces réseaux, bien utiles pour entreprendre.

David Martins et Mona Bouraghda se sont rencontrés dans un espace de coworking. David Martins est directeur commercial dans le secteur des mutuelles depuis 17 ans. Mona Bouraghda officie dans le développement de sites internet et d’outils numériques. Ensemble, ils ont décidé de révolutionner la relation client à travers un outil qui centralise tous les canaux de contacts d’une entreprise, notamment grâce à de l’intelligence artificielle.

Regrouper toutes ces informations sur une seule plateforme permet d’avoir un suivi de toutes les interactions et donc une meilleure connaissance client, et ainsi de meilleures performances relationnelles et commerciales, résume David Martins. Lorsqu’un client appelle, il obtient ainsi une réponse ou sera rappelé, alors qu’avec l’omnicanal, il aboutit souvent à quatre ou cinq réponses différentes… Voire pas de réponse du tout.

David Martins ne connaissait personne dans le milieu des nouvelles technologies et de la création d’entreprise.

J’avais déjà un solide réseau dans mon cœur de métier : m’installer au sein la pépinière Amiens le L@b m’a apporté d’emblée un solide réseau dans l’écosystème de la tech amiénoise, justifie-t-il. C’est même un barbecue qui a permis de tisser les premières relations… Partager les astuces, les carnets d’adresse, les erreurs et les réussites, cela m’a permis, en tant que créateur, de me nourrir de toutes les expériences, ne pas rester seul et faire partie d’une communauté d’entrepreneurs.
Ce que j’apprécie, c’est aussi que le startup manager de la pépinière (NDLR : coach des entreprises installées à la pépinière) m’informe d’autres évènements extérieurs à la pépinière comme le Deep Tech Tour ou puisse me mettre en relation avec des contacts comme Kantic Analytics à Villeneuve d’Ascq, avec qui nous travaillons aujourd’hui, poursuit David Martins. Et c’est ce même réseau qui lui a apporté des partenaires de poids, qu’il s’agisse d’experts en stratégie et transformation digitale, de donneurs d’ordre ou encore de business angels.

 Quand on crée une nouvelle activité dans le numérique, avec une nouvelle proposition de valeur comme la nôtre, on part souvent d’une feuille blanche. Les jeunes créateurs d’entreprises ont donc besoin de beaucoup de moyens au départ et d’être bien entourés, poursuit David Martins qui est en train d’effectuer sa première levée de fonds avoisinant le million d’euros. Pour démontrer la puissance de notre solution, nous allons même installer un écran géant numérique dans notre bureau et nous allons demander à tous les autres hébergés de la pépinière de jouer le jeu en envoyant des demandes. A la manière d’un service client grandeur nature !

A la pépinière Jules Verne, toujours à Amiens, Maxime Duvauchelle réalise également actuellement une levée de fonds pour sa start-up Eazypass.io, une première appli tout en un qui facilite le passage d’un cadre de travail à l’autre.

Grâce à cet outil, les employeurs peuvent avoir la visibilité utile sur les présences au bureau, en télétravail, au co-working, conformément à leurs obligations… Entre autres, car cette supervision permet aussi de réserver la bonne taille de salle de réunion, par exemple ; ou d’organiser un « random lunch », qui permet à tout collaborateur de déjeuner avec un groupe de quatre autres salariés (innovation d’ailleurs primée par la Confédération des petites et moyennes entreprises-CPME Somme).

Maxime Duvauchelle tire également parti du réseau tissé par les pépinières.

J’avais quitté Amiens il y a huit ans et j’y suis revenu pendant la crise sanitaire, explique le jeune créateur. J’ai donc souhaité créer Eazypass.io et la première chose que j’ai faite, c’est de prendre un rendez-vous à la CCI. C’est là que l’on m’a tout de suite présenté le principe des pépinières. Un coup de fil plus tard, rendez-vous était pris. ‘Les locaux et l’état d’esprit nous ont tout de suite plu, nous sommes alors passés en commission et notre dossier de candidature a été accepté. En parallèle, nous avons intégré l’incubateur Amiens Cluster, sachant que nous étions déjà accompagnés par l’école de commerce EM Lyon.

Les évènements et les rendez-vous organisés par la pépinière se font toujours dans la bonne humeur, résume le jeune créateur. D’ailleurs aujourd’hui, il connaît à peu près tout le monde. Surtout, la responsable de la pépinière et le startup manager n’hésitent jamais à élargir notre cercle de sous-traitants ou partenaires. Ce sont eux qui nous ont aiguillé au départ vers un club de business hôtelier, par exemple. Ou qui nous ont trouvé un contact pour faire fabriquer les badges d’accès en bois ou en métal recyclé. Dès que nous avons besoin d’un service, nous sommes orientés vers un acteur de l’écosystème local. C’est aussi cette démarche qui nous a séduit dans notre projet d’installation en pépinière : être accompagné par des conseils mais également créer des synergies, conclut-il.

Sans oublier l’aspect financier des tarifs pratiqués. Eazypass passera bientôt de quatre bureaux à un atelier aménagé ‘pour un prix imbattable par rapport au marché amiénois : c’est non seulement très peu cher mais nous n’aurions jamais eu autant de superficie et de services dans l’immobilier privé. Ces économies de loyer nous ont permis de financer notre lancement.’

Vous aussi, vous souhaitez intégrer une pépinière d’entreprises ?

Profitez de bureaux ou d'un espace de coworking, tout en bénéficiant d’un réseau et d’un savoir-faire

Les pépinières sont des outils financés par les collectivités.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
Delphine Lemaire Contacter par email

A lire également

création - reprise

Miser sur sa passion pour ouvrir un magasin de pêche

Romuald Wacyk, 46 ans, a ouvert à Abbeville, son magasin d'articles de pêche. La SAS Toutes les Pêches est l'aboutissement ...

réseaux - clubs

Comment tirer partie d’un réseau business ou club affaires ?

Bâtir une stratégie de réseaux ne s’improvise pas : il faut savoir mêler empathie, confiance, partage d’informations, savoir-faire et aussi renvoi ...

création - reprise

Reprendre un commerce en étant salarié : comment Loïc a racheté La Sardine

Reprendre une entreprise dont on est déjà salarié présente tout un tas d’avantages : le repreneur connaît déjà la structure, son ...

Ces événements pourraient vous intéresser

Formation « 5 jours pour entreprendre »

-
Amiens
Voir

Atelier du micro-entrepreneur 2022

14h00 - 17h00
Amiens
Voir

Découvrez aussi ces solutions

Le Channel Hub, club d’affaires franco-britannique

Vous exportez au Royaume-Uni ou souhaitez développer votre courant d’affaires sur ce marché ? Vous êtes une entreprise britannique implantée ...

Découvrez cette solution

Le club by World Trade Center

Partagez et profitez des conseils de vos pairs pour booster votre développement international grâce au networking.

Découvrez cette solution

Créez votre entreprise avec le programme STARTER

Un accompagnement personnalisé et intégralement financé, pour lancer votre projet de création !

Découvrez cette solution