Prévention des difficultés : ‘Notre objectif numéro 1 est d’éviter la procédure collective’

D’anciens juges consulaires, des chefs d’entreprise, des cadres supérieurs, se sont réunis pour créer, avec le concours de la CPME & de l’association EGEE, le Groupement de Prévention Agréé (GPA) Hauts-de-France, reconnue par la Préfecture, pour aider gratuitement les dirigeants à faire face à toutes les difficultés qu’ils peuvent rencontrer, en toute confidentialité.

Cela commence souvent par des difficultés à payer ses fournisseurs. Cela se poursuit par une demande de délai de paiement, d’un découvert bancaire pour faire face aux différentes charges et, au fil du temps, l’entreprise entre dans une spirale financière qui lui sera fatale. Suite à la cessation de paiements, le redressement judiciaire peut-être prononcé pour se mettre sous la protection du tribunal. Sauf que, pendant cette période, si l’entreprise ne peut plus faire face à de nouvelles dettes, ce sera la conversion automatique en liquidation judiciaire.

En 2019, le Tribunal de Commerce de Lille Métropole a prononcé 1041 ouvertures de procédures collectives, entraînant de nombreuses disparitions d’entreprises. Un triste constat… alors que ce gâchis aurait pu être évité en partie si le chef d’entreprise avait réagi dès les premières difficultés financières.

Réagir aux premières difficultés financières et ne pas être dans le déni

‘Trop souvent, les chefs d’entreprises ne veulent pas voir les difficultés, ils en prennent conscience bien trop tard’, résume Jacques TIMMERMAN, ancien juge du tribunal de commerce de Lille Métropole (Président de la chambre d’ouverture des procédures collectives) et surtout chef d’entreprise pendant 45 ans, membre fondateur du GPA Hauts-de-France.

Un coût d’achat des produits trop élevé, des pertes importantes (de denrées périssables mais aussi à cause de vols par exemple), un investissement excessif dans du matériel, un prestataire aux tarifs exorbitants, une mauvaise organisation des temps de travail qui pèse sur les salaires, un stock trop important, des rentabilités mal jaugées… Et c’est tout un commerce qui peut s’effondrer, alors que les fondations sont pourtant bonnes.

‘Nous commençons par écouter. Le chef d’entreprise a très souvent peur du mot de tribunal, car cela signifie pour lui sanction, juge, procureur. Il faut dire que le décorum en Chambre du conseil en impose, avec trois juges en robe noir, un procureur, un greffier, etc. On comprend qu’un dirigeant ne soit pas vraiment enclin à aller voir le tribunal alors qu’il existe des mesures exceptionnelles, totalement confidentielles, comme le mandat ad hoc et la conciliation, qui affichent un taux de réussite de 70% à 80%, quand la demande en est faite avant l’état de cessation des paiements, c’est-à-dire, dès les premières difficultés financières’, poursuit l’ancien magistrat.

L’homme a l’expérience des situations délicates : ‘Le chef d’entreprise, généralement habitué aux difficultés, est souvent dans le déni. Il se dit que demain ça ira mieux et il est vite pris à la gorge, brûlant malheureusement toutes ses cartouches’.

Appeler le Groupement de Prévention Agréé (GPA) Hauts-de-France avant qu’il ne soit trop tard

L’objectif est d’inciter le chef d’entreprise à appeler le GPA, dès les premières difficultés : Quand la trésorerie manque. Quand les dettes s’accumulent. Quand le passif exigible ne peut être payé avec l’actif disponible.

‘Notre objectif numéro 1 c’est d’éviter la procédure collective et surtout la liquidation judiciaire’.

‘Contrairement au tribunal de commerce, nous pouvons conseiller le chef d’entreprise et surtout mettre le doigt sur l’origine des problèmes avec notre regard extérieur’, résume Antoine de la FOUCHARDIERE, ancien dirigeant d’entreprise dans l’hôtellerie et la restauration.

Dans le Loir-et-Cher, département qui a mis en place un GPA dès 2019, les résultats sont là : sur 256 entreprises accompagnées, les trois quarts ont pu éviter le redressement judiciaire ou la liquidation. La CPME & EGEE sont les associations fondatrices du GPA en France. A ce jour, il existe 10 GPA régionaux, en activité ou en cours de création, sur le territoire français.

Le GPA Hauts-de-France (Groupement de Prévention Agréé) bénéficie du soutien de la CCI Hauts-de-France, la Chambre des métiers et de l’artisanat, la CPME, la DIRECCTE, la Banque de France, l’association EGEE (Entente des Générations pour l’Emploi et l’Entreprise) et l’URSSAF, pour aider les dirigeants à faire face à ces difficultés.

Le GPA Hauts de France, association de loi 1901, est spécialement agréé par le Préfet de Région, conformément à l’article 611-1 du Code de Commerce.

Des comités d’écoute sont créés sur tout le territoire des Hauts de France, avec une importante antenne sur la métropole lilloise qui compte une vingtaine d’adhérents bénévoles, d’anciens juges consulaires, de cadres supérieurs, de chefs d’entreprise prêts à vous écouter et à vous aider, que vous soyez une TPE, une PME ou une ETI.

Prenez vite contact pour que sous 48 heures, un premier rendez-vous soit fixé
L’accompagnement pourra durer plusieurs mois

La Chambre de Commerce et d’Industrie Hauts-de-France et l’URSSAF Nord-Pas de Calais ont signé une convention de partenariat afin de renforcer la démarche d’accompagnement des entreprises et anticiper les "pannes de trésorerie"

‘Renforcer la qualité de nos services en proposant un meilleur accompagnement aux entreprises en difficultés, c’est tout l’objet de la convention passée, avec pour principe incontournable : conseil, accompagnement et prévention, au service des entreprises de notre région’, souligne Philippe HOURDAIN, président de la CCI Hauts-de-France, qui apporte son total soutien au GPA des Hauts de France.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

A lire également

Recrutement
conjoncture - économie

Les entreprises qui recrutent en Hauts-de-France

4 700 projets de recrutement annoncés ce 3ème trimestre

Situation économique des entreprises Hauts-de-France au 3ème trimestre 2020
conjoncture - économie

Situation économique des entreprises en Hauts-de-France au 3ème trimestre 2021

Le 3ème  trimestre 2021 connait une accélération de l’activité des entreprises

conjoncture - économie

Norlink : faire des Hauts-de-France le hub portuaire et logistique de l’Europe du Nord 

La fédération Norlink veut faire des Hauts-de-France le hub portuaire et logistique de premier plan en Europe du Nord-Ouest. Regroupant ...

Découvrez aussi ces solutions

Veille personnalisée et ciblée

Une veille économique pour connaitre les tendances d'un secteur d'activité, d'un marché, ... et orienter votre stratégie.

Découvrez cette solution

Observation des flux piétons en centre-ville

Une solution pour connaitre la fréquentation piétonnière en vue d'un projet d'implantation ou pour analyser l'impact d'un événément.

Découvrez cette solution

Etudes de retombées économiques

Une solution pour évaluer les effets économiques directs et indirects d’un événement ou d'un équipement sur l’économie locale.

Découvrez cette solution

Ces événements pourraient vous intéresser

Rencontres régionales de l’économie

18h00 - 19h30
LILLE
Voir