Emmanuel Macron soutient la candidature de Lille pour accueillir l’Agence européenne du médicament

Réponse lundi prochain

Lundi prochain, on saura enfin si l’Agence européenne du médicament s’installera à Lille. Au niveau européen, elle est désormais en concurrence avec Brastislava, Copenhague ou Milan. En attendant, Emmanuel Macron, en visite à Lille, a réaffirmé son soutien au projet.

Suite au Brexit, cette agence qui délivre les autorisations de mise sur le marché des médicaments liés à la santé humaine et animale, dit se relocaliser à l’intérieur de l’Union européenne.

Plusieurs actions mises en place

  • en juin, la CCI  Hauts-de-France et la Région se sont rendues à Londres pour inaugurer un bureau de représentation mais aussi pour réaffirmer la candidature de Lille
  • mi-octobre, 250 chefs d’entreprises de la région se sont déplacés en délégation à Londres pour présenter les atouts de la région
  • la semaine dernière, de nombreux grands patrons dont OVH, l’association familiale Mulliez (groupe Auchan,…), Lesaffre, La Redoute, Roquette, Leroy Merlin, Boulangeries Paul, Salti, Groupe Ramery, Générix envoyait un courrier au président de la République pour l’encourager à soutenir la candidature lilloise. Bouygues Bâtiment Nord-Est  s’est dit prêt à lancer la construction du bâtiment.

Le soutien du président de la République

Des compétences pointues

Pour rappel, l’arrivée de l’Agence européenne du médicament à Lille reviendrait à relocaliser dans les Hauts-de-France un millier de personnes aux compétences pointues comme des médecins, des pharmacologues et des scientifiques. 

Des retombées économiques réelles pour le territoire

Avec des visites d’experts venus de l’Europe entière,  l’Agence européenne du médicament générerait par exemple 350 nuitées d’hôtels par jour à Lille. Les familles nouvellement installées feront marcher l’économie locale.
De nombreuses entreprises, comme les lobbys, pourraient être amenées à s’installer dans les environs. L’arrivée de l’Agence européenne du médicament à Lille serait aussi bénéfique pour toute la filière des biotechnologies françaises. 
Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button