Du lait éco-responsable chez Ingredia, une vraie démarche RSE

La RSE est le nouveau sigle à la mode dans les entreprises. Mais chez Ingredia, à Arras, on entend dépasser la simple déclaration d’intention.

Via Lacta : le chemin lacté. Un résumé parfait de la mission que s’est fixée Ingredia ces dernières années en mettant en place sa démarche RSE (responsabilité sociale des entreprises). Un terme qui n’est pas un vain mot :

« C’était un vrai travail autour de nos valeurs pour faire progresser tout le monde et répondre aux attentes de la société, expliquent Samuel Bar et Sandrine Delory, respectivement président et directrice générale d’Ingredia (qui émane du groupe coopératif La Prospérité Fermière). Avec comme trait d’union entre tout le monde, notre territoire, les Hauts-de-France ».

Concrètement, cette démarche RSE se traduit depuis octobre dernier par le lait éco-responsable Via Lacta

Disponible pour le grand public chez O’Tera et Gamm Vert (les bouteilles de lait représentent 10% de l’activité d’Ingredia, les 90 autres % sont des ingrédients laitiers), ce lait répond à un cahier des charges exigeant :  vaches nourries sans OGM, avec 1 500 mètres carrés de pâturage par tête pendant 170 j/an ; les animaux sont sur paille l’hiver. L’éleveur n’est pas oublié : il bénéfice d’un prix du lait garanti à 300€ les mille litres et si le prix du lait classique dépasse les 300€, il bénéficiera toujours d’une prime de 15€ de plus. Incitatif et très encadré. « Comme nous faisons beaucoup d’export (60% de l’activité), nous avons choisi de travailler avec une ONG internationale, WWF, qui certifie nos pratiques vertueuses. C’est notre caution scientifique« .

Mais Ingredia ne se contente pas d’un lait éco-responsable

Dans le cadre de cette démarche RSE, l’entreprise, dont le siège social est à Arras et le site de production à Saint-Pol-sur-Ternoise, a décidé d’accroître l’accompagnement des jeunes agriculteurs. Cela se traduit en monnaie sonnante et trébuchante (15 k€ d’aide sur 5 ans), mais aussi avec tout un panel de formations autour des pâturages tournants dynamiques, les soins des vaches, etc. « Vingt à quarante jeunes nous rejoignent chaque année, reprennent nos interlocuteurs. Il est important de bien les accueillir et de les accompagner pour garder cette même densité d’élevage dans la région. Ils sont notre avenir« .

L’avenir, c’est aussi la préservation de la planète

La démarche RSE d’Ingredia en tient compte en réduisant les énergies. Le carburant notamment avec des semi-remorques qui remplacent les précédents porteurs. De quoi permettre d’emmener plus de lait et réduire les kilomètres. Au niveau de l’usine de production, une chaudière à bois a été installée, « on économise aussi le gaz, le fioul, l’eau« . Dans cette droite lignée, fin 2018, les fermes engagées dans le projet Via Lacta auront réduit la consommation de tourteaux de soja de 65% avant 90% en 2020. « Nous nous engageons également à maintenir 750 hectares de prairies permanentes« .

Une vaste démarche autour du RSE qui n’est qu’un prélude, ajoutent Samuel Bar et Sandrine Delory.

« C’est une démarche qui prend du temps et de l’énergie, mais c’est notre devoir en tant que coopérative d’accompagner les projets sur du long terme et de transmettre le lait de génération en génération ».

En chiffres, Ingredia c’est

400 millions d’euros de CA
60% à l’export
1 200 éleveurs dans les Hauts-de-France
450 collaborateurs

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button