Comment j’ai financé ma création d’entreprise

Nos experts sont là pour vous en dire plus
Corinne Brozda

Artois

03 21 23 95 58
Nadège Cornet

Grand Hainaut

03 27 51 32 35
Anthony Gudin

Grand Lille

03 20 63 77 77
Bénédicte Waymel

Littoral Hauts-de-France

03 21 46 00 00

Je suis une jeune créatrice d’entreprise des Hauts-de-France. J’ai eu une idée de business. J’ai été accompagnée par la CCI pour établir un business planPuis j’ai dû me battre pour décrocher le financement. 

Mais j’y suis arrivée ! 

Salomé D (Lille)

Comme tout bon créateur, j’ai commencé par démarcher ma propre banque. Qui a refusé mon projet.

Qu’à cela ne tienne, j’ai donc fait appel au service d’un courtier pour un prêt professionnel. Attention, les frais sont un peu élevés : en l’occurrence, mon courtier proposait des forfaits de 1000 ou 2000 euros sans ou avec accompagnement physique du courtier le jour du rendez-vous bancaire et ensuite 2% du montant emprunté à partir de 100 000 euros.

Si vous avez du temps, vous pouvez tout-à-fait faire le tour des principales banques, en contactant plusieurs agences de préférence proches du lieu d’habitation : inutile de les faire toutes, vous pouvez en sélectionner quatre ou cinq.

Question apports, les exigences sont variables d’une banque à une autre et même d’un conseiller à l’autre !

J’ai donc monté un dossier complet qui comprenait :

👉 le prévisionnel réalisé avec les services création de la CCI Hauts-de-France

👉 le business model réalisé avec l’outil CCI Business Builder en ligne

👉 le pitch qui résume en deux à trois pages mon business model, mon business plan et ma proposition de valeur

👉 l’étude de marché complète accompagnée d’un tableau synthétique de tous les prix de mes concurrents 

👉 les copies de mes comptes bancaires des trois derniers mois (attention à ne pas être dans le rouge!) 

👉 les copies de mes trois derniers avis d’imposition

👉 ma carte d’identité et un CV

En amont, j’avais monté un dossier de garantie bancaire auprès de Nord Actif (France Active) à 50%

Il existe cependant d’autres structures de cautionnement comme BPI, le Fonds de garantie pour la création la reprise ou le développement à l’initiative femmes (FGIF) ou encore le Fonds régional de garantie du Nord-Pas-de-Calais.

J’ai également obtenu un prêt d’honneur du Réseau Initiatives, ce qui rassure le banquier sur la viabilité du projet. Mais il y a là encore d’autres organismes susceptibles de proposer la même chose en fonction des dossiers comme Réseau Entreprendre, LMI Innovation, Les Cigales, etc. Là encore, un conseiller CCI pourra vous aiguiller gratuitement en fonction des spécificités de votre projet. 

Une fois le rendez-vous pris avec le conseiller, il faut évidemment préparer son discours pour mettre en valeur l’adéquation entre son idée et son parcours : inutile d’essayer de convaincre un banquier que vous souhaitez ouvrir un salon de coiffure sans avoir un CAP…

La stratégie commerciale est également importante : quelle sera votre position ? comment comptez-vous délivrer de la valeur ? comment allez-vous atteindre votre cible ? avez-vous pris en compte les aspects juridiques, fiscaux et sociaux ?

Le dossier de financement doit être clair, complet, concis, cohérent : le banquier est censé, à partir du seul dossier, tout comprendre de votre projet.

Lors du rendez-vous, il est important de se présenter comme quelqu’un d’organisé, idéalement avec un classeur contenant tous les documents qui ont servi à monter votre prévisionnel. La version complète étant à portée de main, vous ne montrez que la version allégée au banquier.

Quelques recommandations

Mettre en évidence vos capacités et vos compétences

Si vous n’êtes pas passionné d’art, que vous ne parlez pas quatre langues, un financier peut considérer qu’il sera difficile pour vous de devenir guide.

Adapter les moyens à taille du projet

100 000 euros pour imprimer des guides, c’est peut-être un peu cher. Il faut rester raisonnable et réaliste.

L’idée du produit doit être clair

Vous devez connaître comment fonctionne votre entreprise. Présenter son prévisionnel implique de comprendre ce que vous présentez, et d’avoir compris chaque ligne. Dans le discours, même si on peut laisser la place à un peu d’improvisation, il faut toujours être clair, répéter, être à l’écoute des questions du banquier.

Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button