Invest in Stories : zoom sur trois pépites

Invest in Stories, ce sont des histoires d’entrepreneurs, engagés dans des levées de fonds pour faire évoluer leurs projets.  Zoom sur trois pépites qui ont pitché leur projet devant un parterre d’investisseurs.

Marianne

Marianne Joly et Ana-Maria Megelea, co-fondatrices de Corneille, application mobile d’apprentissage de lecture, pour transformer le temps d’écran en temps intelligent.

« Vous rappelez-vous de l’année de vos six ans, ce moment où vous avez appris à lire, où le signe est devenu son et où le son est devenu sens ? », demande Marianne Joly, éditrice ayant enseigné le français aux Etats-Unis, associée à Ana-Maria Megelea, ancienne polytechnicienne spécialisée fusion acquisition. Oui, on se souvient bien de la méthode unique appliquée à l’ensemble de la classe… Le constat de départ de l’entreprise Corneille, incubée à la Plaine Images à Tourcoing, c’est qu’un enfant de 6 ans passe chaque jour deux heures et demie derrière un écran et qu’il faut utiliser ce temps d’écran pour du temps éducatif. Or, aujourd’hui, l’intelligence artificielle permet de créer une méthode d’apprentissage adaptée à chaque enfant, à son niveau de lecture mais également à ses goûts. « Notre module permet ainsi à l’enfant de gagner en confiance dans son apprentissage de la lecture, à travers un parcours amusant, tout en répondant aux fondamentaux de l’Education nationale« .

L’objectif sur trois ans de l’entreprise Corneille est de conquérir 10 000 abonnés à travers six pays, réaliser un chiffre d’affaires de 600 000 euros et de s’attaquer au marché africain. « L’appli est également accessible aux enfants « dys » (dyslexie pour le trouble spécifique de la lecture ou la dyspraxie pour le trouble du développement moteur et de l’écriture) et s’adresse aussi aux enfants apprenant le Français Langue Étrangère« , précise la cofondatrice de l’entreprise.

Hyboo velo en bambou

Carla-Sophie Sarantellis de TripBike pour  HyBoo, le vélo en bambou éco-conçu, éco-assemblé, éco-distribué.

Accéléré dans le cadre de Rev3, TripBike et son vélo HyBoo veut proposer un vélo adapté à la route et à la randonnée, avec une assistance électrique en option et un cadre fabriqué… en bambou ! Le grand avantage de ce vélo, c’est de ne peser que… 15 kilos.

« J’ai découvert le bambou à l’aéroport de Saïgon au Vietnam : en Asie, ce matériau est utilisé pour monter des échafaudages« , explique Carla-Sophie Sarantellis. Le plus étonnant, c’est sa batterie qui prend la forme d’une gourde, que l’on peut facilement enlever du vélo pour le rechargement. Le HyBoo est non seulement conçu avec un matériau à faible émission de carbone ultra solide (le bambou contenant de la silice) mais il est assemblée par un réseau de réinsertion de personnes handicapées, capable de construire jusqu’à 200 vélos par jour. Coût du deux-roues : 1800 euros TTC. « On veut devenir l’iphone du vélo », résume la créatrice. Et pour cela, elle recherche 500 000 euros pour développer toute la partie homologation, marketing et lancer les pré-séries pour la commercialisation.

Les Sublimeurs Invest in Stories

Alaude Lefebvre, co-fondatrice des Sublimeurs, valorise le beau et le bon des arts culinaires et de la table.

Egalement accélérée Rev3, l’entreprise ‘LesSublimeurs a créé une plateforme pour retrouver les produits vus ou goûtés au cours d’un repas pris dans un restaurant… Le site recense ainsi les restaurateurs responsables et leurs partenaires artisans et commerçants qui vous permettront de vivre ou manger « du beau, du bon et du local » et créer ainsi une « communauté de qualité ».

« Imaginez qu’une fois arrivé à l’hôtel ou au restaurant, vous craquiez sur le design d’un fauteuil suédois, d’une bière locale ou d’un pain d’un goût incroyable : il suffira d’une photo pour obtenir les coordonnées du fabricant de meubles, de la bière ou du boulanger local« , souligne Alaude Lefebvre. En filigrane, se dessine évidemment l’idée de mettre en valeur le circuit court et la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises… Actuellement, l’équipe ‘Les Sublimeurs‘ souhaite se développer dans les Hauts-de-France pour promouvoir une quarantaine de commerçants sur son site d’ici la fin du mois d’août. L’entreprise recherche pour cela 100 000 euros pour développer le concept dans les Hauts-de-France.

 

Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button