Imposer pour ne pas reconfiner, les mesures sanitaires locales renforcées à Lille

Depuis deux semaines, les indicateurs du département du Nord démontrent une recrudescence des cas de coronavirus. La crise sanitaire dure et menace de s’aggraver si des mesures strictes ne viennent pas s’imposer.

La mise en place d’un reconfinement serait dommageable tant pour le bien-être collectif, la vie familiale, l’activité professionnelle que pour le monde économique, déjà sévèrement touché depuis le mois de mars.

Compte-tenu de cette situation et en vertu du décret du 30 juillet 2020 habilitant le préfet de département à rendre le masque obligatoire, lorsque les circonstances locales l’exigent, Michel Lalande, préfet du Nord et Étienne Champion, directeur général de l’ARS, ont pris la décision d’imposer le renforcement des mesures de prévention.

Le port du masque sera rendu obligatoire pour les plus de 11 ans à partir du lundi 3 août pour une durée renouvelable d’un mois dans l’espace public caractérisé par une forte concentration de population sur le territoire de la Métropole Européenne de Lille. Il s’agit :

– des zones piétonnes, permanentes ou temporaires (ex : Mc Arthur Glen à Roubaix, rue de Béthune ou rue Neuve de Lille) ;

– des zones où la circulation routière est limitée à 20 km/h considérant qu’il s’agit d’un ensemble de voies où les piétons ont la priorité absolue et sont autorisés à circuler sur la chaussée , même si des trottoirs sont présents, caractérisant les quartiers commerciaux, les centre-villes et les centres historiques ( ex centre-ville de Tourcoing, Grand-Place de Lille ) ;

– des zones caractérisées par une forte fréquentation du public ;

– des galeries commerciales, des espaces assimilés et des espaces de stationnement attenants des grandes et moyennes surfaces (ex : promenade de Flandres à Roncq, espace commercial Saint-Christophe à Tourcoing, centre commercial V2, Heron Park, espaces commerciaux de Seclin l’Epinette…) ;

– des marchés publics de plein air (ex : marché d’Annape à Villeneuve d’Ascq, marché d’Armentières ou marché de Wazemmes…) ;

– des emprises et abords, dont les espaces de stationnement, des infrastructures de mobilité et de transports (gares, métro, gares routières, aéroports, aérodromes) ;

des espaces verts urbains

Un renforcement des mesures préventives est également engagé.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

A lire également

Situation économique des entreprises Hauts-de-France au 3ème trimestre 2020
conjoncture - économie

Crise sanitaire et confinement : l’impact sur les entreprises des Hauts-de-France

La CCI de région Hauts-de-France a réalisé entre le 18 et le 23 novembre une enquête de conjoncture afin de ...

conjoncture - économie

2ème baromètre sur les comportements des consommateurs des Hauts-de-France

La CCI de région Hauts-de-France et la Région Hauts-de-France publient le 2eme baromètre de consommation des ménages des Hauts-de-France. 64% ...

3 800 défaillances d’entreprises dans les Hauts-de-France en 2018
conjoncture - économie

Observatoire des défaillances d’entreprises en Hauts-de-France : quel bilan ?

126 défaillances d’entreprises ont été enregistrées dans les Hauts-de-France en octobre 2020, soit une baisse de 46% par rapport au ...