Relance – déconfinement : toutes les mesures covid19 pour les entreprises

(mis à jour le 16/07/2021)

Fonds de solidarité, aides aux coûts fixes, etc. Ces aides mises en place en 2020 sont vitales pour de nombreuses entreprises qui ont dû fermer pendant les différents confinements. Alors que le déconfinement est lancé, ces aides vont évoluer pendant les prochains mois.

Pour soutenir les entreprises en cette période compliquée, l’Etat, la Région et l’ensemble des acteurs économiques se mobilisent aux côtés des chefs d’entreprises. Retrouvez ici toutes les mesures mises en œuvre.

Numéro spécial d’information sur les mesures d’urgence

Un numéro d’information sur les mesures d’urgences pour les entreprises en difficulté est effectif : le 0806 000 245. Il est accessible du lundi au vendredi de 9 à 12h puis de 13 à 16h.

Plan #FranceRelance : les dispositifs nationaux

Un plan de 100 milliards d’euros déployé par le Gouvernement autour de 3 volets principaux : l’écologie, la compétitivité et la cohésion.

Plan #FranceRelance, pensez à l’export

Le plan #FranceRelance comprend un volet International, dédié aux entreprises exportatrices et à celles qui veulent le devenir.

Utilisez les filtres ci-dessous pour préciser votre activité et afficher les dispositifs dont vous pouvez bénéficier.

Le fonds de solidarité

L’objectif sera d’accompagner les entreprises pendant les étapes de réouverture, alors que les contraintes sanitaires (jauge, protocole ou couvre-feu) ne seront pas totalement levées. Seront cette fois concernées :

En juin, juillet et août, le fonds de solidarité est adapté selon le décret n° 2021-840 du 29 juin 2021 pour accompagner les entreprises pendant les étapes de réouverture, alors que les contraintes sanitaires (jauge, protocole ou couvre-feu) ne seront pas totalement levées.

Sont concernées par ce nouveau dispositif les entreprises ayant été créées avant le 31 janvier 2021, ayant bénéficié du fonds de solidarité au titre du mois d’avril ou de mai et appartenant à l’une des deux catégories ci-dessous :

  • les entreprises qui continuent à subir une interdiction d’accueil du public et ont subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 20 %. Elles bénéficieront d’une aide mensuelle égale à 20 % du chiffre d’affaires de référence ;
  • les entreprises ayant subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 10 % et appartenant aux secteurs S1 / S1bis / commerce de détail (à l’exception des automobiles et des motocycles) ou réparation et maintenance navale domiciliées dans certaines territoires ultramarins (La Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Martin, Saint-Barthélemy ou en Polynésie française). Ces entreprises bénéficieront d’une subvention au titre des mois de juin et juillet égale à respectivement 40 % et 30% de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 20 % du chiffre d’affaires de référence.

Pour chaque période mensuelle considérée, l’aide versée est limitée à un plafond de 200 000 euros au niveau du groupe.

En outre, l’aide de 1 500 euros pour les entreprises de moins de 50 salariés ayant perdu 50 % de chiffre d’affaires et domiciliées dans les territoires faisant l’objet de mesures de confinement pendant au moins 10 jours au cours de la période mensuelle considérée, est reconduite pour les mois de juin et juillet 2021

Le décret prolonge le fonds de solidarité jusqu’au 16 août 2021.

Prise en charge des coûts fixes des entreprises

Le dispositif de prise en charge des coûts fixes sera maintenu du mois de mai au mois d’août pour les entreprises actuellement éligibles. Sont concernées les entreprises des secteurs S1, S1 bis dont le CA mensuel est supérieur à 1 million d’euros par mois ou des secteurs suivants : salles de sport indoor, thermes, parcs zoologiques et parcs à thème ; commerces de galeries commerçantes fermées ou de stations de montagne, hôtels, cafés, restaurants de montagne. Le dispositif est étendu aux discothèques, sans condition de chiffre d’affaires, afin de répondre à la situation de reprise plus tardive du secteur.

Ce dispositif permet l’indemnisation de 90 % des charges fixes non couvertes par des recettes pour les entreprises de moins de 50 salariés et de 70 % pour les entreprises de plus de 50 salariés.

L’aide au stock

Une aide aux stocks forfaitaire sera versée à partir du 25 mai à environ 35 000 commerces des secteurs suivants : habillement, chaussure, maroquinerie, articles de sport, à raison de 80% de l’aide touchée au titre du fonds de solidarité du mois de novembre.

L’aide à la reprise

Le dispositif de charges fixes sera ouvert aux entreprises créées en 2020 sur la base de la reprise intégrale d’un fonds de commerce correspondant à la même activité, et qui n’auraient pas pu ouvrir du fait d’une fermeture administrative. Seront éligibles les entreprises créées jusqu’à fin décembre 2020.

L’aide visera une compensation à hauteur de 70 % des charges fixes (ou 90 % pour les petites entreprises) dans la limite de 1,8 million d’euros par groupe.

Les aides au paiement des cotisations et contributions sociales

Afin de soutenir l’emploi et permettre le retour au travail de salariés aujourd’hui en activité partielle, une aide au paiement des cotisations et contributions sociales sera maintenue jusqu’au mois d’août. Celle-ci concernera les entreprises de moins de 250 salariés des secteurs les plus affectés par la crise.

Pour le mois de mai, les entreprises de moins de 250 salariés des secteurs S1 et S1 bis perdant au moins 50 % de leur chiffre d’affaires, ou les autres entreprises fermées administrativement et de moins de 50 salariés, continueront de bénéficier d’une exonération totale des cotisations et contributions de charges patronales et d’une aide au paiement de 20 % du montant des rémunérations brutes des salariés.

Pour les mois de juin, juillet et août toutes les entreprises des secteurs S1 et S1 bis de moins de 250 salariés pourront bénéficier d’une aide au paiement des cotisations et contributions sociales. Celle-ci sera fixée à hauteur de 15 % du montant des rémunérations brutes des salariés de leur masse salariale brute. Le critère de seuil minimum de perte de chiffre d’affaires sera supprimé.

Le dispositif d’activité partielle

Durant les prochains mois le dispositif de chômage partiel sera maintenu. Dans le détail, les salariés dont la rémunération est proche du SMIC, et ce quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise, bénéficieront d’un maintien intégral de leur salaire.

Sur l’ensemble de cette période pour les établissements administrativement fermés et pour ceux issus des secteurs S1 et S1bis dont le chiffre d’affaires subit une baisse très importante (80%) liée aux contraintes sanitaires, les règles de prise en charge sont maintenues à l’identique. Le salarié bénéficie d’une indemnité de 84 % de son salaire net (et de 100 % au niveau du SMIC) et le reste à charge est nul pour l’employeur. A partir du mois de septembre, l’indemnité sera abaissée à 72 %. Le reste à charge pour l’employeur passera à 25 % en août puis 40 % en septembre.

Pour les entreprises du droit commun, hors secteurs S1 et S1bis, l’indemnité salarié restera à 84 % en mai et juin, puis descendra à 72 % de juillet à septembre. Le reste à charge pour l’employeur sera de 15 % en mai, 25 % en juin, puis de 40 % de juillet à septembre.

Le prêt garanti par l’État (PGE)

Ce dispositif sera prolongé, dans les mêmes conditions, jusqu’au 31 décembre 2021. Il restera ouvert aux entreprises qui ont déjà bénéficié d’une première tranche de PGE ou aux entreprises qui n’ont pas encore fait de demande de crédit.

L’aide suite à la reprise de fonds de commerce

Une nouvelle aide a vu le jour le 21 mai. Celle-ci est destinée aux entreprises qui ont acquis, entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2020, au moins un fonds de commerce dont l’activité a été interdite d’accueil du public sans interruption entre novembre 2020 et mai 2021 et qui n’ont fait aucun chiffre d’affaires en 2020.

Zone rurale : une nouvelle aide destinée aux commerces multi-activités

Cette aide pouvant aller jusqu’à 8000€ est destinée aux commerces situés en zone rurale et qui ont plusieurs activités. Pour prétendre à cette aide, leur activité principale ne doit pas leur permettre d’être éligible aux aides mises en place par le Gouvernement depuis le début de la crise sanitaire.

Cette aide s’adresse ainsi à des établissements qui peuvent avoir une activité accessoire de restauration mais aussi d’épicerie, de bar-tabac, de presse, de point Poste ou encore d’auberge.

Le plan de relance Commerce

Trouver une solution de click and collect

Innover, produire, vendre, communiquer : le numérique vous offre de multiples opportunités, que vous soyez e-commerçant, TPE-PME ou TPI-PMI. Des solutions simples existent pour mettre en place votre click and collect, et de bénéficier d’aides financières. 

Le travail collectif est la clef de la sortie de crise. La priorité est d’aider concrètement nos entreprises à surmonter l’épreuve de la crise économique, ainsi que de rester ambitieux et confiants dans les atouts de notre région pour l’avenir.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

A lire également

conjoncture - économie

Rentrée 2021 : les 4 bonnes résolutions du chef d’entreprise

Miser sur la formation, anticiper les recrutements, trouver des financements, réactiver vos réseaux...et si vous preniez de bonnes résolutions ?

Recrutement
conjoncture - économie

Les entreprises qui recrutent en Hauts-de-France

5 000 projets de recrutement annoncés ce 2ème trimestre

Situation économique des entreprises Hauts-de-France au 3ème trimestre 2020
conjoncture - économie

Situation économique des entreprises en Hauts-de-France au 2nd trimestre 2021

Plus de 2 000 dirigeants ont répondu à notre récente enquête de conjoncture menée entre le 23 et le 29 ...

Découvrez aussi ces solutions

Veille personnalisée et ciblée

Une veille économique pour connaitre les tendances d'un secteur d'activité, d'un marché, ... et orienter votre stratégie.

Découvrez cette solution

Observation des flux piétons en centre-ville

Une solution pour connaitre la fréquentation piétonnière en vue d'un projet d'implantation ou pour analyser l'impact d'un événément.

Découvrez cette solution

Etudes de retombées économiques

Une solution pour évaluer les effets économiques directs et indirects d’un événement ou d'un équipement sur l’économie locale.

Découvrez cette solution