Le Grand Arras va accueillir le technocentre régional de méthanisation

Suite à l’appel à projets de la région Hauts-de-France auquel elle a répondu en juillet dernier avec le SMAV (syndicat mixte Artoisvalorisation) et deux partenaires privés (Véolia et Engie), c’est la Communauté Urbaine d’Arras qui a été retenue pour accueillir le technocentre de la méthanisation. Le projet arrageois a été retenu par un jury d’expert, présidé par Bruno Léchevin, président de l’Ademe.

L'emplacement du futur technocentre régional de méthanisation

L’emplacement du futur technocentre régional de méthanisation

« Nous sommes fiers d’apprendre ce soir que la région Hauts de France a choisi de faire confiance à la Communauté Urbaine d’Arras et à nos associés pour développer le technocentre, affirmait Philippe Rapeneau, président de la Communauté Urbaine d’Arras. Depuis de nombreuses années, notre collectivité revendique le droit à l’expérimentation et son envie de trouver des solutions pour appliquer concrètement la transition énergétique. Aujourd’hui, nous avons une nouvelle carte en main ». Depuis deux ans désormais, la Communauté Urbaine d’Arras est engagée dans une stratégie locale de transition énergétique, dans laquelle elle implique des partenaires privés et publics. Ce projet de technocentre y trouve aujourd’hui toute sa place.

Le succès d’un dossier partenarial

Pour répondre à l’appel à projet de la région Hauts-de-France, la CUA a choisi de jouer la carte du partenariat. Un pari qui se révèle gagnant aujourd’hui. Ce technocentre c’est la récompense du travail d’équipe mené par la CUA, le SMAV, Véolia, Engie en actionnaires de référence rejoint par le Crédit Agricole et Advitam. La reconnaissance d’un territoire qui hébergera une unité de biométhane, un centre de formation et un lieu pour la recherche et le développement, dans l’optique de constituer une véritable filière d’excellence française. Chaque partenaire jouera son rôle dans les mois à venir. Le SMAV sera un des acteurs incontournables et apportera sa matière première à valoriser. Véolia et Engie apporteront eux-aussi leur savoir-faire dans le domaine de l’énergie et leur connaissance des process. Les entreprises agroalimentaires et le monde agricole pourront fournir leurs intrants et tester des solutions en situations réelles.

Un terrain de plus de 4 ha est réservé au projet, à deux pas de l’écopôle à Saint-Laurent-Blangy. Le projet est estimé à plus de 12 millions d’euros. La CUA, le SMAV, Véolia et Engie créeront une société commune chargée de porter l’investissement et le fonctionnement.

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button