Reprise-Transmission : rien ne sert de courir…

Transmission reprise : les étapes-clés

Les grandes étapes à ne pas rater pour reprendre ou vendre une entreprise

Cédant ou repreneur, « rien ne sert de courir, il faut partir à point » : le fil rouge de l’action de la CCI Hauts-de-France en ce domaine, consiste à accompagner cédants et repreneurs en les associant dans les meilleures conditions…, celles qui permettent d’aboutir à une signature, certes, mais aussi et surtout au développement de l’entreprise reprise !

Prendre conscience

«Nous sommes, d’une part, sur le terrain pour faire prendre conscience à une grande majorité de chefs d’entreprise que l’heure de la transmission vient de sonner … mais également en quête de profils qualifiés permettant d’assurer la pérennité de l’activité reprise», résume Luc Méresse, conseiller transmission-reprise, au service Entreprendre de la CCI Grand Hainaut.

Réussir à transmettre

L’enjeu est donc avant tout social ! Aujourd’hui, le dirigeant issu du Papy-boom est généralement proche de la retraite quand il cherche à transmettre son entreprise, qui compte en moyenne 6,5 salariés (pour les artisans du Grand Hainaut,). « S’il ne parvient à pas trouver un repreneur, ce sont donc plus de six familles qui se retrouvent sur le carreau », poursuit Luc Méresse.

Croissance et projets

Mais la cession d’activité ne touche pas que les Papy-boomers car nous constatons de plus en plus que la transmission intéresse également les quadra et quinqua en phase de développement de nouveaux projets professionnels ou personnels. 

De même, le repreneur peut se présenter sous la forme d’une personne physique, privilégiant la reprise d’entreprise à la création, ou d’une personne morale (une entreprise) inscrite dans une stratégie de croissance externe.

Age idéal de 54 ans

De fait, lié à cette pluralité de profils, il est difficile de parler d’âge idéal pour commencer à se préoccuper de sa cession même si, concernant le Papy-boom, nous recommandons d’ouvrir un œil à partir de 54 ans. « En effet, un projet de transmission nécessite souvent un développement de l’entreprise ou une restructuration en amont de sa cession. Ce qui peut prendre plusieurs années (3 à 5 ans) et permet d’optimiser la valorisation du bien » ajoute Luc Méresse.

Antoine CHANTRY, repreneur Focus Industrie

Quel projet personnel ai-je prévu à l’issue de ma transmission ?
Comment maintenir un niveau élevé d’activité pour optimiser ma vente ?
Comment puis-je évaluer le prix de vente de mon entreprise ?
Quelles modalités de cession privilégier et comment en optimiser les conséquences fiscales ?
Quel est le profil idéal du repreneur ?
Comment puis-je cibler les futurs intéressés ?
Comment parvenir à négocier dans les meilleures conditions ?
Suis-je prêt à accompagner le repreneur et sous quelle forme ?

La qualification du projet de reprise,
L’analyse d’adéquation de l’Homme et du projet,
Le support dans la recherche et l’identification d’entreprises à reprendre
Le diagnostic de l’entreprise cible
L’analyse des moyens financiers mis à disposition du projet,
Le montage du  plan de reprise et la mobilisation des financements,
La mise en relation avec les cédants répondant aux attentes et moyens formulés…

Autant d’étapes que de questions ! Et c’est toute la valeur ajoutée des experts Transmission de la CCI Hauts-de-France que d’aider à apporter des réponses précises à chacune des interrogations posées.

C’est aussi une façon pour le repreneur d’optimiser ses chances en élargissant sa visibilité des structures à reprendre sur l’ensemble du territoire, mais aussi de cibler les projets compatibles avec ses critères de recherche.

 L’offre d’accompagnement des cédants et repreneurs des CCI Hauts-de-France est fondée sur une logique de parcours et apporte des réponses différenciées à chaque étape.

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button