Crise des recrutements : astuces pour booster sa marque employeur 

Le concept de la marque employeur est né il y a une vingtaine d’années aux Etats-Unis. Si la définition n’est pas encore bien connue de toutes les entreprises, l’ensemble des activités économiques ont intérêt à la travailler, pour attirer des candidats, les recruter et aussi les fidéliser. Comment booster sa marque employeur ?
Retour d’expériences du groupe Hiolle Industries (800 salariés, services à l’industrie) et de deux TPE, Tomorrow Tech (service de location de téléphones) et Ouate Paris Le Touquet (soins pour la peau des enfants de 4 à 11 ans) livrés dans le cadre de l’étape Hauts-de-France, à Lille, du Tour de France de BFM Business.

La RSE : levier pour l’engagement et la marque employeur

‘La marque employeur nécessite d’abord de faire sa propre introspection, pour attirer les talents, mais cette démarche ne suffit pas‘, commente Astrid Mauduit, présidente de la SASU Ouate, basée au Touquet et à Paris. ‘La désirabilité que l’on doit transmettre doit faire transparaître son engagement sociétal et environnemental. Dans une start-up, vous vendez aux candidats d’abord une aventure. Le socle de valeurs permet d’embarquer les jeunes : je vends des produits en BtoC mais en quoi ma marque est différente, visible, lisible ?’.

Comment faire concrètement cette introspection ? Pamela Afonso, experte ressources humaines à la CCI, accompagne justement des entreprises des Hauts-de-France, grâce à un dispositif financé par le Conseil régional sous la forme d’un Booster Ressources Humaines.

‘L’objectif est d’abord de formaliser sur papier une vision que beaucoup de dirigeants ont dans la tête. Ensuite, il faut capitaliser sur l’humain, que l’on intègre dès le départ dans la réflexion. Cela doit être le moule dans lequel on vient fondre la politique d’entreprise, avec notamment les besoins en compétences’, résume-t-elle.

Romain Deffrenne, président directeur général de la start’up Tomorrow Tech, a monté sa boîte à 25 ans, à la sortie de ses études. ‘Je me suis d’abord posé une question : dans quelle entreprise ai-je envie de vivre ? Notre génération n’a plus envie de travailler pour vivre mais a envie d’un travail qui respecte certaines valeurs’, résume le jeune dirigeant.

Concrètement, la start-up a consulté ses collaborateurs, pour prendre des décisions importantes, comme le lieu d’implantation de la société ou les modes de déplacement. ‘Je me déplace à vélo car nous avons décidé tous ensemble que, pour les trajets de moins de 20 kilomètres aller-retour, l’obligation s’imposait de venir en vélo ou en transport en commun. Les collaborateurs ont décidé de choisir Roubaix, afin d’alléger les temps de trajets de chacun. Nous avons créé un véritable lieu de vie et aujourd’hui, nous n’avons quasiment pas de télétravail’, commente Romain Deffrenne.

Dans les entretiens, il le constate : les candidats posent des questions sur les valeurs mises en œuvre concrètement par l’entreprise.  ‘Travailler dans une start-up, c’est avant tout emmener tout le monde dans un même bateau, peut-être fragile mais qui a du sens’. Le quiet quiting est également un mal qui ronge certaines entreprises, en silence. Concrètement, les salariés ne quittent pas leur travail mais s’investissent beaucoup moins. ‘J’ai travaillé avec une entreprise de 50 personnes, où le dirigeant a travaillé sur sa marque employeur mais également a effectué un énorme travail pour remobiliser ses employés’, raconte Romain Deffrenne. Résultat, il a regagné en productivité (à un tel point qu’il n’a finalement pas eu besoin de recruter) mais il a aussi fidélisé ses collaborateurs.

Chez Tomorrow Tech, la semaine de travail est, elle, passée sur quatre jours à 32 heures, en gardant le même salaire. ‘Le salaire n’est qu’une composante parmi tant d’autres comme la flexibilité ou le planning, voire même l’organisation du travail’.

Paméla Afonso, experte ressources humaines à la CCI, s’appuie sur les données de CCI Etudes pour rappeler que 60% des entreprises peinent à recruter.
‘Beaucoup de TPE et PME ne connaissent pas tout ce que peut recouvrir la notion même de marque employeur même si les pratiques ont beaucoup évolué’, relève la conseillère spécialisée. Les entreprises animent de plus en plus de pages sur les réseaux sociaux pour être visibles.

‘Elles travaillent également l’employabilité des salariés déjà en place avec de nombreuses formations internes, en ayant largement recours à l’apprentissage’. La qualité de vie au travail fait l’objet de beaucoup d’améliorations.

En matière d’organisation de la vie au travail, Ouate Paris finance par exemple de séances de yoga. ‘Ayant été maman moi-même, j’offre aussi la flexibilité que je n’ai pas eue aux jeunes mamans, c’est un critère de différenciation important par rapport aux plus grandes entreprises’, souligne Astrid Mauduit, présidente de Ouate. ‘Au final, les entreprises innovent bien plus qu’elles ne le pensent‘.

Marque employeur : adresser un message porteur de sens avant tout

Chez Hiolle industries, Julien Chamagne, Directeur des ressources humaines, souhaite, dans ses campagnes de recrutement, avant tout adresser à tous les candidats potentiels, un message porteur de sens.

‘Dans nos annonces de recrutement, nous incluons dans la rédaction des éléments répondant aux attentes des différentes générations, pour que les candidats y voient tous, selon leurs affinités, un élément attractif. Il ne faut pas croire qu’aujourd’hui, le seul moyen d’attirer les candidats, c’est d’augmenter les rémunérations. Tous les candidats ne sont pas uniquement sensibles à cet élément. Il est important surtout en cette période inflationniste, mais d’autres critères sont considérés comme primordiaux aux yeux des candidats, ainsi que des collaborateurs en poste : le sentiment d’être considérés, le feedback sur son activité, la proximité, la situation économique de l’Entreprise, l’ambiance et l’esprit d’équipe au travail, les avantages annexes, les possibilités d’évolution… Le salaire vient souvent en 6ème ou 7ème position.

Pour nos collaborateurs, nous menons des actions de différentes natures qui viennent elles-aussi répondre aux attentes des différentes générations. Nous avons par exemple refondu les systèmes de mutuelle et de prévoyance auxquels sont sensibles les collaborateurs avec famille ou les plus âgés.

Surtout, développer sa marque employeur, c’est d’abord et avant tout se préoccuper de ses collaborateurs : parce que la ressource que l’on n’a pas à chercher, c’est celle que l’on a su conserver ; et parce que la promesse faite au candidat dans les phases de recrutement, doit lui être tenue quand il devient collaborateur. Et çà marche : notre turn over n’est que de 5%, nos collaborateurs nous sont fidèles‘.

Présent sur les réseaux sociaux, Hiolle Industries est également engagé auprès des écoles et de Pôle Emploi.

‘Nous montons des programmes de formations en interne via notre propre école de formation, par exemple afin de construire une véritable filière de recrutement autour des métiers ferroviaires du Valenciennois’.

Toutes les plus petites entreprises n’ont cependant pas les moyens de Hiolle Industries.

‘La CCI Hauts-de-France est là pour accompagner TPE et PME sur la marque employeur : nous savons à quel point certains chefs d’entreprises peuvent être démunis face à l’ampleur de la tâche… D’autant qu’on ne recrute plus aujourd’hui comme avant’, reprend Paméla Afonso. ‘Parfois, les sociétés n’ont pas de personne dédiée aux ressources humaines par exemple, ce qui fait que le filtrage des candidatures et les entretiens ne se passent pas comme ils le devraient. Résultat : au bout d’une semaine, les nouvelles recrues jettent l’éponge’.

 

A voir ou revoir 

Table ronde « Crise des talents : comment booster sa marque employeur »
organisée dans le cadre du Tour de France de BFM Business le 24/11/22 à Lille

Vous aussi, vous êtes confrontés à des problèmes de management, de fidélisation, à une crise de talents au sein de votre entreprise ?

Les CCI Hauts-de-France, partenaires de toutes celles et ceux qui veulent entreprendre, peuvent vous aider à mieux cerner les enjeux mais aussi à motiver vos équipes, avec des outils et solutions pensés sur-mesure pour votre activité.

Laisser un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
François Deltour Conseiller entreprises développement RH Contacter par email
Odile Garnier Contacter par email
Dorothée Delerue Coordinatrice régionale, ligne métier Ressources Humaines Contacter par email
Paméla Afonso Conseillère RH & Conduite du changement Contacter par email
Karima Bercet Conseillère RH Contacter par email
Valérie Mendel Conseillère RH Contacter par email
Connie Lion Conseillère RH Contacter par email

A lire également

emplois_francs
compétences RH - emploi

Emplois francs : 15 000 euros pour embaucher !

5 000€ par an pendant 3 ans pour une embauche en CDI et 2 500 € pendant 2 ans maximum ...

compétences RH - emploi

Aides à l’embauche : l’association Pôle Ressources a bénéficié d’un financement pour recruter 

L’association remplissait les principaux critères, à savoir mettre en oeuvre une activité économique effective, avec des ressources de subventions publiques ...

compétences RH - emploi

Comment développer sa marque employeur ?

L’intégration de la marque employeur ne constitue pas seulement l’apanage des grands groupes : toute entreprise peut mettre en place ...

Découvrez aussi ces solutions

Diagnostic performance RH

Une prestation sous la forme d'un diagnostic suivi d'un accompagnement pour vous permettre d'assurer l'adéquation entre vos besoins et vos ...

Découvrez cette solution

Booster Ressources Humaines

Le programme régional Booster TPE vous permet de bénéficier de solutions pratiques et rapides, adaptées à votre situation. D'une valeur ...

Découvrez cette solution

Conseil en Ressources Humaines

Une prestation sous la forme d'un diagnostic suivi d'un accompagnement pour vous permettre d'assurer l'adéquation entre vos besoins et vos ...

Découvrez cette solution