Conjoncture : les entreprises des Hauts-de-France face à la crise

La CCI de région Hauts-de-France a réalisé entre le 21 et le 28 septembre son enquête trimestrielle de conjoncture afin de mesurer l’impact économique de la crise sanitaire pendant la période estivale. Plus de 2400 dirigeants ont répondu à cette enquête.

Les résultats montrent que l’activité économique reste compliquée et peine à retrouver des couleurs dans de nombreux secteurs. L’enquête livre également un sentiment d’inquiétude des chefs d’entreprise pour les prochains mois. Des perspectives qui montrent l’importance des plans de relance pour soutenir l’économie régionale. Le réseau CCI Hauts-de-France est pleinement mobilisé pour contribuer à la réussite de ces plans, au service des entreprises.

Une activité économique toujours sous tension cet été

Un dirigeant sur 3 indique un niveau d’activité mauvais au cours de la période estivale et ce dans tous les secteurs à l’exception du BTP.

En conséquence, le chiffre d’affaires est en recul ce trimestre de 39% avec des trajectoires différentes selon les secteurs : la plus forte baisse est enregistrée dans les services aux entreprises (-47%), à l’inverse le recul est moins important dans le BTP (-29%).  Une légère reprise de l’activité se dessine (lors de la précédente enquête de fin juin le chiffre d’affaires était en recul de 46% en moyenne) mais elle reste bien poussive et freinée par des consommateurs et des clients frileux sur leurs dépenses et préférant thésauriser…

58% des dirigeants indiquent un recul de la fréquentation, et ce malgré la fin du confinement, en raison notamment des restrictions sanitaires qui impactent également le business pour 72% des dirigeants.

La trésorerie des entreprises reste fragilisée pour 28% des entreprises, notamment dans le HCR (37%) et le commerce de détail (34%).

Les entreprises actives à l’international souffrent également de cette situation : 62% des dirigeants indiquent un recul de leur chiffre d’affaires à l’international.

Au niveau de l’emploi celui-ci reste, pour l’heure, préservé dans la mesure où 79% des dirigeants indiquent avoir stabilisé leurs effectifs ; les mesures prises par le gouvernement semblent pour le moment porter leurs fruits. A noter toutefois que 2 secteurs indiquent un recul de leurs effectifs plus important que les autres secteurs : l’industrie (24%) et les HCR (22%).

Des perspectives d’activité peu encourageantes pour la fin de l’année

Pour la fin de l’année, les dirigeants sont pessimistes pour leurs perspectives d’activité, ils sont majoritaires (38%) à anticiper une détérioration de leur business. Les inquiétudes sont particulièrement fortes pour les professionnels des HCR puisque 61% d’entre eux prévoient une détérioration de l’activité.

Au niveau de l’emploi, si 69% des dirigeants prévoient de stabiliser leurs effectifs au cours des 3 prochains mois, le contexte incertain ne permet pas aux dirigeants de se projeter, 1 sur 4 n’ont pas de visibilité sur leurs perspectives d’emploi.

Preuve d’une reprise frileuse, 58% des dirigeants ayant des projets d’investissements envisagent de les reporter en raison des incertitudes liées au contexte de crise sanitaire.

Vigilance sur la trésorerie

Malgré les mesures de soutien et le plan de relance, près d’un dirigeant sur 2 anticipe des difficultés de financement dans les 3 prochains mois. Ces problèmes de financement seraient surtout marqués dans le HCR (65%), les services aux particuliers (52%) et le commerce de détail (46%). Il s’agit essentiellement des problèmes de trésorerie (82%) et des difficultés pour honorer des dettes sociales ou fiscales (37%).

A noter que près d’un dirigeant sur 4 redoute de ne pas pouvoir rembourser leur PGE.

Concernant la pérennité des entreprises, 16% des dirigeants identifient un risque pour leur entreprise soit un redressement ou un dépôt de bilan. Le secteur des HCR est le plus concerné par ce risque, 25% des professionnels du secteur craignent un redressement et 22% un dépôt de bilan.

L’observatoire des défaillances publié par la CCI de région montre que de janvier à août 2020, 1 445 défaillances d’entreprises ont été enregistrées dans les Hauts-de-France contre 2 314 sur la même période un an plus tôt, soit une baisse de 38%. Pour l’heure, les mesures de soutien aux entreprises (fonds de solidarité, prêts garantis par l’Etat, modification de la législation sur les entreprises en difficulté) semblent porter leurs fruits et les défaillances sont restées modérées. Ainsi, on enregistre des chiffres très faibles en mars et en avril pendant la période de confinement et en août (un mois durant lequel elles sont habituellement faibles). Ces mesures auront certainement un effet retardateur sur les défaillances… d’ailleurs, après cinq mois de répit accordé par l’Etat, les entreprises qui ne peuvent pas régler leurs factures ont désormais 45 jours depuis le 24 août pour se déclarer en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce. Le nombre de défaillances devrait donc augmenter dans les prochaines semaines.

Consulter et télécharger l’enquête

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
Gregory Stanislawski Direction des études Contacter par email

A lire également

conjoncture - économie

Transmission d’entreprise : anticiper est la clé du succès

Zoom sur les parcours des cédants et des repreneurs

conjoncture - économie

L’événementiel interpelle les annonceurs

Après leur cri d’alerte, les acteurs de la filière événementielle appellent à la solidarité avec toute la chaîne de production ...

conjoncture - économie

Un guichet unique pour toutes les entreprises : 03 59 750 100

Pour aider les entreprises, quelle que soit leur taille, à se saisir des dispositifs de soutien et d’accompagnement, l’État, la ...

Ces événements pourraient vous intéresser

Rencontres régionales de l’économie

18h00 - 20h00
Lille
Voir