Conjoncture : la croissance enfin de retour !

Nos conseillers sont là pour vous en dire plus
Sylvie DUCHASSAING Direction des études

Hauts-de-France

03 20 63 79 39

Depuis fin 2016, la croissance française a accéléré, s’installant sur un rythme de 2% l’an après trois années où elle avoisinait 1%. Elle retrouve son rythme le plus élevé depuis 2007 (hormis une reprise avortée en 2010-2011) et elle est soutenue avant tout par le dynamisme de l’investissement.

A l’échelle régionale, les 4 000 dirigeants, qui ont répondu à l’enquête annuelle de la CCI de région, confirment cette accélération de l’activité. Par rapport à 2016, ils se montrent beaucoup plus positifs quand ils dressent le bilan de l’année écoulée. Tous les indicateurs d’activité réelle sont en nette hausse, la progression du chiffre d’affaires étant équilibrée, soutenue tant par les ventes domestiques que les ventes à l’étranger. Autre élément confortant le scénario d’une reprise dorénavant pérenne : la situation financière des entreprises s’est de nouveau améliorée l’an dernier, les soldes d’opinion sur la trésorerie et la rentabilité s’inscrivant à des niveaux très confortables.

La reprise se conforte dans tous les secteurs sans exception. La plus forte hausse concerne le transport-logistique dont le solde d’opinion sur le chiffre d’affaires progresse de 24 points. Le commerce interentreprises a également connu une belle hausse de son solde d’opinion (+17 points) de même que le BTP (+10 points). Les autres secteurs de la sphère résidentielle (commerce de détail, hôtels et restaurants et services aux particuliers) affichent également des performances honorables.

D’autres éléments viennent conforter l’idée d’une normalisation de l’activité : le nombre de défaillances a fortement baissé l’an dernier (-13%) et les créations d’emploi se renforcent progressivement : +15 000 sur un an au 3ème trimestre 2017 contre +9 000 à la même période l’année précédente.

Perspectives 2018 : la cadence devrait accélérer

En 2018, la croissance française devrait garder la cadence selon la formule de l’INSEE, le PIB restant sur un rythme de 2% environ. A l’échelle régionale, les résultats de notre enquête suggèrent en revanche que la croissance pourrait continuer à accélérer.

La comparaison des perspectives 2017 et 2018 montrent des dirigeants tablant sur une activité beaucoup plus soutenue en 2018 que l’an dernier. Les indicateurs sur la situation financière sont également très bien orientés. La pérennité de la reprise se confirme également par des prévisions en matière d’investissements et d’embauches nettement plus optimistes que début 2017.

Autre nouvelle rassurante, mise en lumière par notre enquête annuelle, les industriels se montrent beaucoup plus optimistes sur leurs perspectives 2018 qu’ils ne l’étaient début 2017. Ce sont eux qui affichent la progression la plus forte du solde d’opinion sur le chiffre d’affaires. Les perspectives sont également très positives pour la grande majorité des secteurs, même pour le commerce de détail qui continue de retrouver des couleurs.

Deux défis à relever pour les entreprises régionales

1er défi : les entreprises font déjà face à de fortes tensions sur les capacités de production, ce qui est un fait nouveau par rapport aux périodes de reprises précédentes.

Les problèmes de recrutement concernent désormais 25% des entreprises régionales contre seulement 8% en 2016. Ils sont particulièrement élevés dans le secteur du transport-logistique (54%) et dans l’industrie (41%).

Parmi les causes avancées, 41% des dirigeants citent les difficultés à attirer les candidats dans leur secteur, Viennent ensuite l’absence de formation aux métiers recherchés (26%), le manque de mobilité des candidats (25%), le manque de motivation des candidats (23%) et la pénibilité du travail (19%).

25 % des entreprises peinent à recruter : pourquoi ?

2ème défi : la transformation digitale des entreprises régionales

La digitalisation est aujourd’hui un élément incontournable pour les entreprises, quelle que soit leur activité et leur taille. Pour autant, notre enquête révèle que 75% des dirigeants régionaux n’ont pas défini de feuille de route pour leur transformation digitale et que pour 30% d’entre eux, il existe des freins au développement du digital, principalement la complexité du sujet et le manque de compétences en interne.

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button