Commerces à Bapaume & alentours : un diagnostic, puis des solutions

Nos experts sont là pour vous en dire plus
Laurence Smolinski

Hauts-de-France

03 20 63 79 84 06 47 78 45 13
Tapio Poteau

Hauts-de-France

03 20 63 79 35
bapaume

La Communauté de Communes du Sud Artois (Bapaume et alentours) a fait appel à la CCI Artois pour mieux comprendre son tissu commercial et ainsi prendre les bonnes décisions pour préserver son commerce et son artisanat de centre-ville.

 

Les ambitions du projet

Les objectifs de la communauté, représentant 64 communes et 27 457 habitants :

  • maintenir et développer l’attractivité commerciale du territoire, notamment en milieu rural
  • enrayer le taux de vacance des commerces
  • limiter l’évasion de la clientèle vers la périphérie
  • développer des services répondant aux besoins des ménages résidents
  • accompagner les commerçants face à leurs problèmes et dans leur développement

Réalisée par le service études de la CCI Hauts-de-France, l’analyse a d’abord recensé les 600 établissements composant le tissu commercial et artisanal du territoire, la communauté de communes étant naturellement concentrée autour de la ville de Bapaume.

1ère étape : le diagnostic

Le diagnostic commercial réalisé par la CCI a souligné une « offre de proximité abondante » et des boutiques de centre-ville qui résistent plutôt bien. Il a permis de mettre en lumière des points forts et des points faibles.

Les points forts

  • L’offre alimentaire se situe au-dessus de la moyenne (18 % contre 13 % au niveau régional). Le territoire est doté de commerces variés qui répondent bien aux besoins des 21 800 actifs habitants
  • De nouvelles constructions devraient d’ailleurs attirer de nouveaux habitants
  • L’étude des comportements d’achat souligne que le territoire attire par la qualité de son offre notamment dans les secteurs de la boucherie et la boulangerie. La présence de 25 producteurs qui réalisent de la vente directe est un atout.

Les points faibles

  • Le pourcentage de la population âgée reste cependant au-dessus de la moyenne régionale : cette clientèle nécessite des besoins différents en termes de commerces et services (portage de repas, commerces de proximités) mais aussi en termes d’accessibilité aux établissements.
  • Quelques secteurs d’activités sont faiblement représentés comme par exemple les équipements de la personne et les loisirs. La raison ? Une part importante des habitants travaillent en dehors du territoire et consomment ces activités sur leurs lieux de travail.
  • L’évasion commerciale reste importante sur certains secteurs d’activités, la présence de mastodontes de la grande distribution à quelques encablures du territoire fragilisent l’attractivité générale : la vacance commerciale progresse inévitablement avec un taux de 13% qu’il convient d’enrayer au plus vite.
  • L’étude des flux démontre qu’un potentiel est encore disponible pour inverser la tendance de la vacance et augmenter l’attractivité, mais la communauté de communes devait pour cela faire monter en compétences ses professionnels, améliorer l’esthétique général du commerce et intégrer le numérique, l’innovation et les circuits courts.

2ème étape : des préconisations sous la forme d’un programme d’actions

C’est là qu’est intervenue la CCI Artois, qui a préconisé un programme d’actions à mener sur une période de 3 ans (2019-2021) :

  • Rencontrer physiquement, une fois par an sur leur lieu de travail,  les commerçants et prestataires de services aux particuliers de proximité de l’intercommunalité,
  • Accompagner les entreprises en difficulté,
  • Accompagner la professionnalisation des commerçants notamment sur le numérique,
  • Accompagner la mise aux normes accessibilité des commerçants,
  • Organiser des temps d’information dédiés aux problématiques des commerçants,
  • Mettre en place un observatoire de la vacance commerciale sur Bapaume et les bourgs-centres,
  • Accompagner la réflexion sur le développement de commerces multiservices dans les bourgs-centres,
  • Dans le cadre de l’appel à projet FISAC 2018 (Fonds d’intervention pour la sauvegarde de l’artisanat et du commerce), accompagner la réflexion sur le développement d’une application mobile dédiée aux commerçants du Sud Artois pour améliorer leur visibilité sur le web.

La collectivité a ainsi pu prétendre à un financement de l’Etat de près de 200 000 euros dans le cadre du programme Cœur de ville, l’intercommunalité investissant elle près de 300 000 euros par an sur 3 ans.

Votre collectivité s’interroge sur les moyens de revitaliser son commerce de centre-ville ?

En s’appuyant sur l’expertise reconnue de sa direction des études, les CCI Hauts-de-France vous proposent la solution Eval’Conso grâce à laquelle vous pourrez :

  1. analyser les dépenses et les comportements d’achats des ménages afin d’analyser où s’effectuent les achats (type de commerce, ville, quartier…),
  2. quantifier le chiffre d’affaires des différentes polarités commerciales, par forme de vente (commerce de proximité, grande distribution, surfaces spécialisées, etc…) d’un territoire donné,
  3. mesurer l’évasion (en €) et l’attractivité commerciale (en €) d’une agglomération, d’une ville ou d’un quartier,
  4. étudier les évolutions des comportements d’achats des ménages et de l’offre commerciale.

 

Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button