5 concepts étonnants pour comprendre la prospective de Marc Halévy

Nos conseillers sont là pour vous en dire plus
Mélanie Vermeersch Manager Projets Dynamiques collectives

Grand Lille

03 20 63 68 47

Physicien, Marc Halévy a été très proche d’un prix Nobel de Chimie. De passage à Lille le 29 novembre, ce Nordiste essaie de décrypter les tendances de notre monde : le monde entre en effet dans une nouvelle époque, où nos modèles devront se réinventer. Une révolution née des nouvelles technologies, aussi bouleversante que la Renaissance.

Une période de turbulences 

L’histoire de l’humanité est ponctuée de turbulences, survenant tous les 500 ans environ. La dernière transformation de ce type date de la Renaissance, qui symbolise le passage à la modernité, en venant de la féodalité. Juste avant, c’était justement l’entrée dans la féodalité avec l’Empire carolingien. Encore avant, c’était l’Empire romain, encore avant la fin des cités grecques et l’invasion des légions romaines.

Une nouvelle rupture

Nous vivons une rupture sans que nous sachions bien l’identifier. Marc Halévy constate que dans les cinq dimensions fondamentales de notre système socio-économique, il y a dans chacune des dimensions, une rupture majeure,  irréversible.

Les conseils de Marc Halévy aux entreprises 

Dans une interview accordée à La Voix du Nord du 5 novembre dernier, Marc Halévy conseille « de bien comprendre que le modèle économique du passé ne se reproduira pas et qu’il faut qu’elles aillent dans les cinq dimensions ».

Marc Halevy

Les 5 ruptures de Marc Halévy

Première rupture : Fin de l’abondance

C’est la première des ruptures, les ressources naturelles non renouvelables s’épuisent, l’abondance n’est plus.

Le conseil de Marc Halévy : « Mon premier conseil, c’est de dire que dans la logique de pénurie de matières premières, il faut inventer la frugalité. »

Deuxième rupture : Technologie numérique 

La deuxième grande rupture porte sur la technologie de base, jusqu’à présent essentiellement mécanique. Elle devient aujourd’hui numérique avec d’autres problématiques car, par exemple, la matière ne se transporte pas comme l’information. Les ordres de grandeur, de vitesse, de matérialité changent.

Le conseil de Marc Halévy : « Il ne faut pas non plus – et pour moi, c’est un vrai combat – que l’homme devienne l’esclave de la technologie. Il faut que la technologie reste l’esclave de l’homme. Il faut donc développer une intelligence numérique.« 

Troisième rupture : Modes d’organisation

Pendant très longtemps, l’organisation prédominante était la pyramide hiérarchique. Or, la vitesse de réaction de la hiérarchie est devenue bien trop lente, d’où l’apparition des réseaux collaboratifs.

Le conseil de Marc Halévy : « Il faut migrer vers une organisation en réseaux collaboratifs. Managérialement parlant, si nous restons sur le schéma pyramidal, nous sommes morts. »

Quatrième rupture : Modèle économique 

Notre modèle est encore dominé par la révolution industrielle liée au charbon, avec une économie de masse basée sur des prix bas.  Or aujourd’hui, on voit apparaître l’économie d’usage (comme l’auto-partage) et non plus l’économie de la propriété (la propriété d’une voiture). L’économie recherche aujourd’hui valeur de l’utilité.

Le conseil de Marc Halévy : « C’est injecter de la virtuosité dans l’entreprise. Ça signifie qu’il faut connaître les savoir-faire stratégiques. Il faut les repérer, il faut savoir qui en sont les porteurs, comment on fait pour les transmettre… »

Cinquième rupture : Moteur de vie différent 

Le moteur même de la vie humaine a changé. Si les précédentes générations misaient beaucoup sur la réussite et le travail, les jeunes se questionnent différemment sur le sens de la vie, plus axé sur les valeurs, le sens que le travail.

Le conseil de Marc Halévy : « Il faudra apprendre à vivre dans les entreprises avec les générations Y et Z. Si vous les fréquentez, vous comprenez vite que ce n’est pas du tout le même mode d’emploi… »

Un parcours étonnant

Étudiant à l’école polytechnique de Bruxelles, Marc Halévy se spécialise en physique nucléaire. Elève dans les années 70 d’Ilya Prigogine, devenue prix Nobel de chimie en 1977, il commence à travailler sur le développement théorique de la physique des systèmes et des processus complexes.

C’est ensuite qu’il décide d’appliquer cette science à la prospective, en la mélangeant à l’économie et au management. Tout en poursuivant en parallèle, des études de management, de philosophie et d’histoire des religions.

Dans les années 80, il devient manager de crise, intervenant au sein des entreprises pendant plus de dix ans. Il a écrit des dizaines d’ouvrages, touchant tour à tour à la prospective, la franc-maçonnerie ou encore la spiritualité…

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button