Aisne : la maison de Champagne Météyer récompensée par l’UNESCO

Ça bulle pour le champagne Météyer ! 

La précieuse boisson de Trélou-sur-Marne (entre Château-Thierry dans l’Aisne et Epernay dans la Marne) a la côte : la maison Météyer a été récompensée par l’UNESCO, de quoi lui permettre de regarder avec gourmandise vers l’avenir.

 

Le vendredi 23 juin 2017 était un grand jour pour la famille Météyer.

À Trélou-sur-Marne, Anna inaugurait la première d’une longue série d’expositions artistiques dans les caves du producteur de champagne.

A Châlons-en-Champagne, son mari, Franck, recevait le Prix Pierre Cheval de l’Embellissement  » dans la catégorie « Vigneron » (*). Un prix loin d’être anodin : il est décerné par la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne, émanation de l’UNESCO !

« C’était une très belle journée ! », s’enthousiasme encore Anna quelques mois plus tard.

 

 

Aisne - la maison de Champagne Météyer récompensée par l’UNESCO

Fidéliser une clientèle dépasse le champagne

Il faut dire que le prix récompense l’authenticité de la maison Météyer, qui nous régale de champagne depuis… 1860 ! Franck représente la cinquième génération de vignerons et insiste toujours pour perpétuer les méthodes de production de ses aïeux.

La maison Météyer est aussi très présente dans le domaine du tourisme : ainsi, elle dispose de son petit musée dans ses caves, organise des visites guidées, etc. «On ne fidélise pas uniquement notre clientèle avec le champagne. Nous recevons les gens comme nous aimerions être reçus ».

Ce prix, qui sera désormais décerné tous les ans, a-t-il déjà de l’effet sur les ventes ? Pas encore. Mais, en terme de notoriété, oui, assure Anna Météyer, listant les nombreux articles écrits sur la maison depuis le prix. «On vient de parler de nous en Pologne, comme je suis originaire de là-bas. Vendredi, c’est Ma Télé de Saint-Quentin qui se déplace».

Le marché asiatique en ligne de mire

Que l’on se rassure, la récompense  ne va pas inciter les Météyer à se reposer sur leurs lauriers. Vendant 40 à 45 000 bouteilles par an en France, mais aussi jusqu’au Canada ou en Afrique du Sud, la maison axonaise s’attaque désormais au marché asiatique.

(*) Pierre Cheval était le président de l’association « Paysages du Champagne », qui a porté le projet de classement de la Champagne à l’UNESCO.

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button