« A la sortie de l’accélérateur Rev3, plus rien ne pouvait m’arrêter »

Nos conseillers sont là pour vous en dire plus
Caroline Adams

Hauts-de-France

06 49 27 38 22

Céline Scavennec a mis au point une solution zéro déchet pour le marché de la restauration livrée ou à emporter. Elle fait partie des dix premiers projets accompagnés par l’accélérateur Rev3. Témoignage.

Celine Scavennec Eat AND Back

Je suis sortie de l’accélérateur Rev3 avec la pêche, plus rien ne pouvait m’arrêter‘, résume Céline Scavennec, créatrice de NIIJI, accompagnée dans l’accélérateur Rev3 porté par les CCI Hauts-de-France avec l’IMT Lille Douai (Ecole Mines-Telecom).

Mon accompagnement a été formidable : l’équipe a vraiment compris ma problématique et j’ai pu déjouer certains pièges‘, explique la créatrice, qui propose aux restaurants qui vendent à emporter ou à livraison, une alternative aux emballages jetables.

EAT AND BACK, UNE LUNCH BOX LAVABLE

Lavable et réutilisable, en bio-plastique et fabriquée à Tourcoing, cette lunch box est consignée à 10 euros, un prix assez dissuasif pour que l’utilisateur la ramène au restaurant. Sachant que le restaurateur y gagne : le coût des emballages pour les livraisons ou les ventes à emporter représentent généralement 3 à 5% du chiffre d’affaires.

 

Conseils de mentors 

Pour cette ancienne responsable du développement durable à la Métropole européenne de Lille, l’accélérateur Rev3, c’est d’abord des rencontres.

L’accompagnement proposé par Rev3, à raison d’une journée par semaine pendant 3 mois, a permis de rencontrer de nombreux mentors, comme des partenaires de Rev3, des consultants, des prestataires ou des chefs de grandes entreprises : il est intéressant d’avoir leur feed-back et de partager leurs expériences‘.

Accompagnement à la création 

‘C’est précieux car ces personnes consacrent du temps à nous écouter, mesurer notre progression, c’est important de bénéficier de cet effet miroir, c’est même essentiel en phase d’accélération’.

Céline Scavennec a notamment tiré beaucoup d’enseignements des échanges avec la conseillère en marketing : ‘Elle m’a expliqué que je devais trouver un nom commercial plus explicite. Mon offre est en effet tellement nouvelle qu’il faut comprendre ce que l’on crée et à quoi ça sert !’. De ce conseil est née la marque Eat and Back, qui concrétise immédiatement le service apporté par le produit.

Valider le business model

L’accélérateur REV3 répondait pour elle à un ‘vrai besoin d’être coachée, à la fois pour lever des fonds mais également pour le lancement, le « go-to-market » car l’offre est encore nouvelle, tout comme le business model (modèle économique), explique la créatrice. La spécificité de son business, c’est qu’il s’adresse d’abord aux professionnels et plus généralement aux modes de restauration à livrer ou à emporter.

Pour le financement, en plus d’un prêt bancaire, elle a pu décrocher un prêt d’honneur de 25 000 euros via le réseau Initiatives Lille Métropole Nord. En répondant à l’appel à projets Makers de la Métropole européenne de Lille, elle sera accompagnée pour lancer une campagne de crowdfunding sur Kisskissbankbank.

Bien pitcher son projet 

L’accélérateur Rev3, c’est aussi des entraînements. ‘Toute la phase d’accélération est rythmée par les Mentors Days, on passe tous les uns après les autres devant le jury pour pitcher notre projet. En s’entraînant, on s’améliore, il n’y a pas de secret’.

L’accélérateur Rev3, c’est aussi participer à de nombreux évènements, partout dans la région. ‘Tout cela participe à l’émulation, cela nous met en situation d’expliquer… et de convaincre !’

Si elle a fait ses premiers pas dans l’incubateur Cré’Innov, basé dans la zone de la Haute Borne à Villeneuve d’Ascq, pour mettre au point les prototypes, l’accélérateur Rev3 a permis de révéler son profil d’entrepreneuse mais aussi d’éclairer certaines zones d’ombres.

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button