A Valenciennes, Leakwatch garde un oeil sur la fuite de vos données

Nos conseillers sont là pour vous en dire plus
François Pottiez

Grand Hainaut

03 27 51 32 04

Leakwatch (traduction littérale « surveillance des fuites ») est une jeune pousse valenciennoise très prometteuse dans le domaine de la sécurité des données circulant sur le web concernant votre entreprise. Rémi Parent et Benjamin Béguin nous expliquent pourquoi.

Leak watch

« Lorsqu’un pirate veut attaquer une entreprise, il commence par regarder internet : on y trouve des mots de passe, des données techniques sur le système de l’entreprise et même des informations techniques confidentielles qui n’ont rien à y faire », commence à expliquer Benjamin Béguin. Constat glaçant. Comment ces informations peuvent-elles se retrouver sur internet ?

Les deux jeunes créateurs prennent un exemple parmi tant d’autres : « En mai 2016, la base de données de Linkedin, le réseau social professionnel, s’est fait pirater sa base de données : les mots de passe de 117 millions d’utilisateurs ont été rendus publics ». Sous entendu mis sur le web. Or si un salarié utilise le même mot de passe pour son profil Linkedin que pour sa messagerie (n’ayant pas suivi nos conseils pour bien choisir un mot de passe), le craquage de mot de passe devient un jeu d’enfant pour le hacker.

Fuite de données

Surtout qu’à partir de mai prochain, le règlement européen sur la protection des données (le désormais surnommé RGPD) entrera en vigueur : toutes les entreprises du monde traitant les données personnelles de citoyens européens victimes d’une fuite de données auront l’obligation de le signaler à leurs clients dans les 72 heures, sous peine d’écoper d’une amende de 4% du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise. Signaler une fuite de données, OK mais encore faut-il s’en rendre compte : hormis les demandes de rançons, c’est quand même rare qu’un hacker ait la délicatesse de vous prévenir d’avoir pompé toute votre base de données !

Face aux cyberattaques d’ampleur, c’est donc peu comme dans le business : plus on est au courant tôt d’une information, plus vite on peut réagir. C’est sur ce principe que Leakwatch fonde son modèle : permettre aux entreprises d’être au courant de données qui auraient malencontreusement fuité sur le web. Et leur permet de réagir plus rapidement. Même si le concept de surveillance n’est pas nouveau, plusieurs structures se sont déjà montrées intéressées : même de l’autre côté de l’Atlantique, on regarde de près cette nouvelle solution. « Une  dizaine d’entreprises américaine nous ont contacté, nous avons même une piste au Bahreïn », glissent les deux créateurs de Leakwatch.

Solution maison

« Les entreprises ont déjà beaucoup de mal à savoir ce qui se passe en interne alors elles ne retrouvent démunies quand il s’agit de savoir quelles informations les concernant se retrouvent sur internet », concluent Benjamin Béguin et Rémi Parent, le premier ayant une licence de sécurité informatique obtenue à Maubeuge, le deuxième s’étant spécialisé dans la programmation logicielle. Lorsqu’ils se sont rencontrés sur les bancs du master de SUPINFO  Valenciennes, l’idée leur a paru couler de source.

Concrètement, Leakwatch collecte des informations sur internet « à des endroits qu’on a identifiés comme étant régulièrement des sources de fuites d’information ». La start-up recoupe ensuite ces données avec des outils maison pour faire le lien avec les entreprises protégées. Une application web dédiée permet au client d’aller consulter les informations trouvées, quand ces données ne sont pas directement intégrées dans les outils en place au sein de l’entreprise. Si la jeune start-up vise en priorité les entreprises de taille intermédiaire (plus de 500 salariés), Leakwatch réfléchit aussi à une solution pour les plus petites entreprises.

Et vous, faites vous attention aux données qui fuitent sur internet ?

Avez-vous de bonnes ou de mauvaises expériences à partager ?

Développée par la CCI Grand Hainaut à Valenciennes, la Serre Numérique est le premier élément du Parc des Rives Créatives de l’Escaut, dédié au développement de la filière numérique. Pour Leak.Watch, la Serre Numérique a été une formidable opportunité.

« Nous avons été aidés sur toutes les étapes de notre parcours », reconnaissent Remi Parent et Benjamin Béguin. Après un an d’incubation, les deux jeunes créateurs s’apprêtent à déposer leurs statuts. « La première chose, c’est que nous avons pu avoir accès à un espace de travail où nous pouvons nous retrouver tous les jours : cela nous permet de rencontrer d’autres entrepreneurs, qui rencontrent les mêmes problématiques que nous ».

Leak.Watch a ainsi pu entrer en contact avec OVH, un des leaders mondiaux de l’hébergement basé à Roubaix. « Nous avons rencontré l’équipe d’OVH Digital Launch Pad quand elle est venue présenter son projet à la Serre Numérique : leur soutien avec la mise en place d’une infrastructure adéquate a été une étape décisive dans le développement de notre projet ». L’aide a également porté sur l’accompagnement du créateur, avec la gestion du projet, l’établissement du business plan, le montage d’un prévisionnel financier mais aussi et surtout un aiguillage précis pour les possibilités de financement et autres accompagnements. « Nous avons ainsi pu financer une étude juridique via le NFID (Nord France Innovation Développement) afin de cadrer juridiquement notre action », note Benjamin Béguin.

Pour aller plus loin :
Group 22iconlinkedin-logo (3)GroupGroup 17noun_518918twitter-logo-on-black-background (2)Shapeyoutube-play-button