2022 : année de défis majeurs pour les entreprises Hauts-de-France

Les Rencontres régionales de l’économie sont l’occasion de faire un bilan économique de l’année  écoulée et d’établir quelques perspectives pour 2022, en croisant les données de la CCI de région Hauts-de-France, de la Banque de France, de la Chambre d’agriculture Hauts-de-France et de la Chambre des métiers et de l’artisanat Hauts-de-France s’associent pour présenter les résultats de leurs enquêtes de conjoncture sur le bilan de l’année 2021 et les perspectives 2022. Et ce, même si le contexte de la guerre entre la Russie et l’Ukraine devrait vraisemblablement rebattre quelques cartes.

2022 : Reprise ou re-crise ?

2021 a eu son lot de bonnes nouvelles

‘L’emploi est reparti avec la création de 23.190 postes par rapport à fin 2019’, note Grégory Stanislawski, directeur des études de la CCI Hauts-de-France. ‘La région a donc rattrapé largement les pertes engendrées par la crise, et ce quasiment sur tous les territoires et secteurs confondus (même l’hôtellerie-restauration), hormis l’industrie ‘.

Autre indicateur qui témoigne de la vitalité économique du secteur : la création d’entreprises.

‘Alors que les Hauts-de-France s’affichent souvent en bas de classement à l’échelle nationale, la région a enregistré près de 62.000 créations d’emploi, soit une hausse de 21%, incluant de nombreuses micro-entreprises (ex-auto-entreprises)’, poursuit le directeur des études. Du côté des défaillances d’entreprises, elles se sont limitées cette années à 1.800, du fait des aides mises en place suite à la crise sanitaire de la Covid-19  : ‘Un chiffre relativement bas… qui ne signifie pas qu’il restera à ce niveau en 2022’.

Malgré ces bons chiffres, les 4.000 entreprises interrogées voient-elles arriver une « re-crise » ?

Plusieurs freins ont été évoqués lors de cette étude. D’abord l’augmentation du coût des matières premières, ressenties en moyenne par 54% des sociétés (et jusqu’à 77% d’entreprises concernées dans le BTP et 70% dans le commerce inter-entreprises. ‘En 2021, les difficultés d’approvisionnement ont concerné 39 % des chefs d’entreprises interrogés (avec un pic à 55% dans industrie et 52% dans le BTP), ce qui a entraîné mécaniquement une augmentation du prix, des états parfois de pénurie et des relations devenues plus complexes avec les fournisseurs’, analyse Grégory Stanislawski.

Lors de l’enquête, les entreprises étaient encore préoccupées par l’impact des mesures sanitaires, notamment dans le secteur de l’hôtellerie-café-restauration et aussi par la hausse des coûts du transport.

‘Une adaptation en continue des entreprises est indispensable’, conclut Grégory. ‘La crise a non seulement remis en cause certains fonctionnements mais elle a accéléré les mutations : vers le digital, vers d’autres modes d’organisation du travail, vers une nouvelle façon de recruter (notamment via l’apprentissage), vers plus de qualité de vie au travail… ‘.

Côté artisanat, Laurent Rigaud, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat Hauts-de-France, prévoit également que les professionnels continuent d’être impactés par l’inflation des matières premières, comme le blé et le pétrole.

‘On aurait pu y voir une certaine spéculation mais le mouvement semble durer, sans que les entreprises ne disposent de beaucoup de marges de manœuvre‘, regrette-t-il. ‘Nous allons étudier tous ensemble quelles peuvent être les premières réponses à apporter à cette situation’.

L’agriculture a connu, quant à elle, une année atypique avec un secteur de la restauration hors domicile paralysé par les restrictions sanitaires mais néanmoins dopé par l’intérêt pour les circuits courts. Les exploitations affichent à 62% de bonnes perspectives, même si les charges augmentent également.

Kathy Verquin-Wattebled, Directrice régionale des Hauts-de-France à la Banque de France souligne ‘une reprise générale de la croissance avec + de 7% de PIB : comparé à d’autres pays dans le monde, la reprise en France reste l’une des plus fortes, après un beau plongeon en 2020’. L’inflation est néanmoins là, même si la Banque centrale européenne et de la Banque de France mettent en place des mécanismes pour la maintenir à moyen terme.

Agriculteur, artisan, industriel… ils témoignent des solutions mises en place au sein de leur entreprise pour faire face aux difficultés ?

Laurent CARDON
Agriculteur
Remaucourt

Stefan KIRSTETTER
Directeur général
Malengé – Sin le Noble

Jean-Paul POLLET
Boucher charcutier traiteur
Saint-Amand-Les-Eaux

Accédez au replay de l’édition du 28 février à la CCI Hauts-de-France

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
Gregory Stanislawski Direction des études Contacter par email

A lire également

conjoncture - économie

Gaz et électricité : prolongation de l’aide aux entreprises énergivores

Une aide financière d’urgence pour les entreprises grandes consommatrices de gaz et d'électricité, quels que soient les secteurs d’activité, est ...

conjoncture - économie

Les entreprises qui recrutent en Hauts-de-France en 2022

Plus de 8 100 projets annoncés dans la presse au cours du 2ème trimestre 2022 : un record !

conjoncture - économie

Situation économique des entreprises en Hauts-de-France en 2022

50% des entreprises subissent la hausse du coût des matières premières

Découvrez aussi ces solutions

Veille personnalisée et ciblée

Une veille économique pour connaitre les tendances d'un secteur d'activité, d'un marché, ... et orienter votre stratégie.

Découvrez cette solution

Observation des flux piétons en centre-ville

Une solution pour connaitre la fréquentation piétonnière en vue d'un projet d'implantation ou pour analyser l'impact d'un événément.

Découvrez cette solution

Etudes de retombées économiques

Une solution pour évaluer les effets économiques directs et indirects d’un événement ou d'un équipement sur l’économie locale.

Découvrez cette solution