1ères lignes – la saison #2 du podcast de celles qui font bouger les Hauts-de-France

Premières lignes, c’est le podcast de celles qui font bouger les lignes sur les Hauts-de-France. Ces femmes entreprenantes se sont lancées dans l’aventure entrepreneuriale. Elle  partagent ce qui les fait vibrer et leurs défis quotidiens.

Saison #2 : tendez l’oreille, et laissez-vous inspirer par celles qui ont osé ! 12 nouvelles interviews au programme, à écouter tous les 15 jours. 

Travailler en famille n’est pas toujours chose aisée. ‘La clé, c’est la communication’, exprime la cheffe d’entreprise. ‘L’affect est notre meilleur ennemi’.

La synthèse de l'épisode #25
La synthèse de l'épisode #25

Ce nouvel épisode vous emmène à la rencontre de Caroline Poissonnier, co-dirigeante du groupe Baudelet Environnement aux côtés de son frère. Conserver des relations familiales saines, reprendre une entreprise patrimoniale, ou savoir dissocier vies professionnelle et personnelle sont autant de sujets centraux dans la vie de Caroline.

C’est son appétence pour les sujets des ressources humaines et de la culture managériale  qui pousse Caroline à se spécialiser sur ses thématiques, et par la suite à rejoindre l’entreprise fondée par son grand-père en 1964. Elle en reprend la direction générale avec son frère, ingénieur de formation, en 2018.
Mais travailler en famille n’est pas toujours chose aisée. ‘La clé, c’est la communication’, exprime la cheffe d’entreprise. ‘L’affect est notre meilleur ennemi ; on se veut du bien l’un à l’autre, une vraie bienveillance qui peut se retourner contre nous si on n’ose pas se dire les choses. Quand il y a des non-dits, des tensions apparaissent.’
C’est pourquoi, accompagnés par le réseau Family Business Network, Caroline et Jean-Baptiste ont appris à faire du travail en famille une véritable force qui les pousse à relever les challenges du quotidien et de l’avenir. ‘On essaye de garder la famille au centre du sujet parce que c’est notre force, sinon on devient des associés lambdas’ explique-t-elle.
Reprendre l’entreprise familiale est aussi bien une responsabilité importante qu’une superbe aventure humaine. ‘Mon grand-père et mes parents ont créé un socle solide, maintenant c’est à nous de construire et de faire prospérer cette belle entreprise’, conclut-elle.

Rendez-vous sur le profil LinkedIn de Caroline pour retrouver toutes ses prises de parole inspirantes qui vous motiveront à tout mettre en oeuvre pour atteindre vos objectifs personnels et professionnels !

À 28 ans, Fatima Khaloui exerce la profession d’avocat dans le cabinet Cornet Vincent Ségurel à Lille. Elle nous explique les liens qui unissent son métier et l’entrepreneuriat.

La synthèse de l'épisode #24
La synthèse de l'épisode #24
Depuis ses 11 ans, Fatima se passionne pour le droit. La jeune femme exprime combien la valeur de la justice est fondamentale pour elle depuis toujours. En 6ème déjà, elle se met à écrire un lexique juridique pour comprendre les informations télévisées. C’est «un sentiment d’injustice sociale» qui la pousse très jeune à vouloir se tourner vers le métier qu’elle exerce aujourd’hui.
Au quotidien, elle se donne une mission : ‘Accompagner la vie d’un business de l’idée, à la structure, à son développement‘.
Liberté, autonomie, maîtrise de son argumentation sont autant de qualités qu’elle défend et que l’on retrouve chez les entrepreneurs qu’elle accompagne. Entreprendre, c’est prendre des risques, et comme le dit si bien Fatima, ‘si l’entrepreneur est un parachutiste, je suis son parachute’. 
Alors en plus de vous réconcilier avec le droit, ce podcast est l’occasion de saisir les encouragements de Fatima pour entreprendre et se laisser accompagner : ‘Prendre le risque ou perdre une opportunité, si vous hésitez : lancez-vous !’
Bonne écoute !

Avez-vous déjà entendu parler de révélation entrepreneuriale et de «comité des bienveillantes» ?

La synthèse de l'épisode #23
La synthèse de l'épisode #23

Cet épisode vous emmène à la rencontre d’Aurélie Vermesse, créatrice et gérante du très réputé Clarance à Lille, et présidente de la CCI Grand Lille. Grâce à elle, vous trouverez sûrement la force d’entreprendre !

Persuadée que « quand on veut on peut », Aurélie raconte comment la force du témoignage déclenche en elle un élan d’entreprendre à 47 ans : ‘Un jour j’ai eu une révélation, j’ai tout plaqué, repris des études et j’ai créé Le Clarance. À partir de ce moment-là, un moteur s’est mis en marche en moi et j’ai su que c’était ce qu’il fallait que je fasse.’

En 2 mois, elle quitte son poste à responsabilité dans l’industrie pour reprendre des études, découvrir les défis de l’entrepreneuriat et construire de A à Z le fameux Relais-Château Le Clarance dans le Vieux-Lille. Ce parcours de combattante, Aurélie le raconte simplement : ‘Même si j’avais cette vocation, on a des moments de doutes, découragements. Il y avait des tas de choses que je ne savais pas faire.’

Mais l’entrepreneuse ne manque pas de ressources. Elle a su s’entourer d’un « comité des bienveillantes » qu’elle a créé et composé de 12 femmes, afin de l’accompagner dans son aventure entrepreneuriale. ‘Dans le monde de l’entrepreneuriat et dans le monde financier, je suis confrontée à pas mal d’hommes. J’avais besoin de ce regard plus féminin. Il ne faut pas hésiter à appeler à l’aide, il faut savoir s’entourer pour prendre la décision.’

L’occasion aussi pour Aurélie de raconter comment elle est devenue présidente de la CCI Grand Lille et ce qu’est le féminisme pour elle : ‘Je crois beaucoup à la valeur de l’exemple pour donner aux femmes l’envie de s’engager. Ce que je veux c’est l’égalité homme-femme, point. C’est à dire qu’on soit traité de la même façon tant dans les compétences que dans les salaires.’

Un podcast inédit pour (re)trouver la force d’entreprendre et de maintenir le cap de son aventure entrepreneuriale !

Bonne écoute !

Parfois l’entrepreneuriat s’invite dans nos vie sans prévenir ! C’est arrivé à Virginie Blondeau, qui nous raconte son parcours plein de rebondissements.

La synthèse de l'épisode #22
La synthèse de l'épisode #22

De doctorante à entrepreneure, l’aventure professionnelle de Virginie est surprenante. Elle démarre l’année de ses 37 ans à Valenciennes, alors qu’elle termine tout juste sa thèse.   Le sujet ? Mettre en valeur le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. C’est ce thème qui la mènera à la création de son entreprise.

Dans ce podcast, elle revient sur les étapes de son parcours professionnel, riche et diversifié. En 2020, Virginie rencontre deux hommes passionnés par la région avec qui elle va s’associer pour mettre en oeuvre un projet commun : Les Éditions de l’Escaut. C’est plus tard qu’elle crée sa société Escaut Médiations. Via ces deux projets, Virginie accompagne l’édition de livres photographiques, notamment sur le sujet de l’archéologie industrielle. En parallèle, elle propose à ses clients une activité de conseil en repositionnement stratégique.

En tout simplicité, l’entrepreneure partage ses joies et ses difficultés dans ses projets : « La joie c’est d’être vraiment autonome, d’avoir une marge de manoeuvre et de voir l’aboutissement d’un projet. Les difficultés, c’est quand cela n’avance pas assez vite… »

L’occasion aussi pour Virginie de revenir sur l’impact de l’entrepreneuriat dans sa vie et de partager quelques conseils : Oser, se lancer, écouter… L’aventure entrepreneuriale commence quand vous le voulez !

Ce podcast est la preuve que lorsqu’on entreprend, la diversité d’un parcours prend tout son sens.

Bonne écoute !

Le soleil brésilien rayonne dans la voix d’Andrea Ansel. Elle nous fait découvrir sa vie de « serial entrepreneure » qui s’est étendue du Brésil aux Hauts-de-France en passant par le Canada !

La synthèse de l'épisode #21
La synthèse de l'épisode #21

Ce podcast dépeint toute la dynamique d’Andrea. À 46 ans, elle bouillonne d’idées et exprime sa créativité à travers plusieurs aventures entrepreneuriales. Elle parle 5 langues, et a géré 2 écoles de langues, été avocate au Brésil, fondé une agence de relocalisation, été agent immobilier au Canada, et réalisé un DESS en gestion des affaires à HEC Montréal.

Andrea nous raconte l’histoire de sa fibre entrepreneuriale qui se manifeste dès son plus jeune âge : ‘J’aime dire que ma première entreprise, je l’ai ouverte à l’âge de 9 ans, associée à la dame de ménage de mes parents pour vendre des glaces…’ Dans toutes ses entreprises, Andrea fait résonner motivation, envie de réussir et apprentissage pour toujours aller plus loin et ressentir ce « frissons du défi. »

Depuis 2020, elle gère « Produits du Brésil, » sa nouvelle aventure française, avec son mari et associé Jean-Philippe. Cette aventure débute par hasard en 2017, alors qu’elle partage les recettes de son pays « juste pour le plaisir » sur le blog « Recettes du Brésil » et sa chaîne Youtube. Andrea reconnait son besoin de trouver des produits brésiliens en Europe dans les commentaires de ses abonnés et raconte comment elle a surfé sur « les marchés de la nostalgie » pour créer Produits du Brésil.

Son aventure entrepreneuriale est aussi une aventure familiale. Andrea explique comment elle gère ce « deuxième mariage, un mariage d’affaires » et trouve le bon équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle.

Si vous aussi, vous souhaitez vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale, gardez en tête le conseil d’Andrea : « Ne pas abandonner ses rêves ! »

Bonne écoute !

Rencontrer Fany Ruin, c’est découvrir comment s’adapter aux évènements et comment progresser dans son aventure entrepreneuriale !

La synthèse de l'épisode #20
La synthèse de l'épisode #20

Chez Fany, la fibre entrepreneuriale prend racine dans son enfance et se concrétise au cours d’un babysitting… Petit à petit, elle tisse l’histoire de son aventure textile Fany Style. Celle-ci débute en 1998 grâce à sa volonté de rhabiller les professionnels et le personnel des usines.

Fany raconte comment elle s’est mise à l’écoute de ses clients pour faire grandir son entreprise en créant des vêtements et des objets publicitaires. A partir des défis, elle crée des opportunités ! Fany explique comment d’une rencontre à l’autre, elle prend un premier virage, puis s’adapte à la pandémie pour créer des produits made in Hauts-de-France.

« Je suis vraiment persuadée que de la diversité née la richesse, et je me nourris des rencontres ! Je crois aussi que c’est important de ne pas se mettre de barrière et puis de faire un peu au feeling. »

Aujourd’hui Fany est à la tête d’un atelier de confection et d’un chantier de réinsertion, mais elle est aussi la première femme élue vice-présidente France de la Chambre des Commerces et de l’Industrie !

Dans ce podcast, vous découvrirez la motivation de Fany à apprendre et à rebondir : « Être entrepreneur c’est être souple, aller de l’avant, se remettre en question… » Fany partage aussi ses réflexions sur l’entrepreneuriat au féminin et les regards qui doivent encore évoluer : « J’ai compris qu’il ne fallait pas prendre la place d’un homme mais prendre notre place. »

Alors pour découvrir comment se réinventer, s’adapter, évoluer, s’entourer, s’organiser, prioriser et déléguer, venez à la rencontre de Fany Ruin dans ce podcast !

Un dernier conseil : « Osez ! N’hésitez pas à pousser la porte des chambres de commerce, on est là pour ça ! ». 

Aider les femmes à entreprendre, c’est le projet d’Aurélie ! À 35 ans, la jeune femme est présidente et fondatrice des Conquérantes, une plateforme qui permet aux entrepreneures de se connecter avec des experts « éclaireur·se·s » qui les aident à développer leurs projets !

La synthèse de l'épisode #19
La synthèse de l'épisode #19

Ce besoin de soutenir les femmes à entreprendre, c’est son histoire !  Car l’aventure entrepreneuriale d’Aurélie commence à 22 ans, quand elle crée un site de e-commerce de vêtements pour femmes. Mais « à cette époque j’avais un gros manque de confiance en moi, aucune compétence, et même si j’étais soutenue par la CCI, je me sentais perdue, » exprime-t-elle.

Après quelques années en tant que salariée dans l’immobilier, Aurélie revient à sa première passion : l’entrepreneuriat. « Même si on rencontre certaines difficultés, les points positifs l’emportent sur les points négatifs. »

Son envie d’indépendance, une quête de sens et une épreuve personnelle sont un tremplin dans sa vie et viennent réveiller ce besoin et cet élan pour ré-entreprendre. À 28 ans, Aurélie reprend donc des études pendant 3 ans en fashion business afin d’acquérir de nouvelles compétences et développer cette confiance qui lui manquait au début de sa vingtaine. Elle se lance dans « une formation à 360° qui lui donne les bagages pour se lancer dans l’entrepreneuriat. »

En 2021, Aurélie fait le grand saut et crée Les Conquérantes. « J’ai vécu certaines inégalités, et suite à ces expériences, aujourd’hui j’ai un caractère très engagé dans l’égalité et la parité. Plus tard, quand j’ai demandé à des étudiants de me donner des noms d’entrepreneur·es qui ont réussi, ils ne m’ont donné que des noms d’hommes… On associe plus l’entrepreneuriat aux hommes qu’aux femmes. »

« Ce qui me plaît dans l’entrepreneuriat, c’est d’être multi-casquettes. On n’a pas le temps de s’ennuyer, les journées sont toutes différentes, » ajoute-t-elle. Aujourd’hui, 35% des entrepreneur·es sont des femmes. C’est pour cela qu’Aurélie passe en 1ère ligne pour transmettre cette force entrepreneuriale aux femmes et à leurs projets.

Bonne écoute !

Andréa Dirabou-Kouassi est en première ligne dans la mêlée !  Dans ce podcast, nous vous emmenons dans les gradins du Stadium de Villeneuve d’Ascq pour rencontrer cette super-rugby-woman !  

La synthèse de l'épisode #18
La synthèse de l'épisode #18

Depuis le vestiaire, Andréa nous raconte que ses coéquipières l’appellent Panthère… Un surnom qui lui fait parler de ses traits de caractère. Elle est une rugby-woman au tempérament calme et à l’énergie de feu : « Derrière ce calme, il y a beaucoup d’énergie et de pep’s. Je ne suis pas une personne qui crie ou qui pleure, je pense que le rugby c’est ma façon d’extérioriser. »

Quand elle n’est pas sur le terrain pour s’entraîner, Andréa cherche à démocratiser le rugby féminin en France et en Côte d’Ivoire. Son objectif : « montrer aux jeunes femmes qu’il ne faut pas se limiter. »

D’ailleurs, avez-vous déjà pensé en tant que femme à faire du rugby ? Ou en tant que parents à inscrire votre fille au rugby ? Andréa nous partage comment les encouragements reçus par son père l’ont aidée à se lancer.

À notre micro, cette jeune maman explique les liens qu’elle fait entre ses « compétences douces, » développées derrière la parentalité, et son engagement quotidien à rendre conscients les hommes du rôle qu’ils peuvent jouer dans l’éducation de leurs filles. « Les femmes, libérez-vous du regard des hommes ! Et les hommes, encouragez les femmes ! »

Les clichés n’ont qu’à bien se tenir ! Ce podcast met en 1ère ligne l’importance de la transmission de valeurs pour entreprendre avec détermination et force !

Bonne écoute !

Dans cet épisode, nous avons rencontré Christine Malnis, championne de saut en parachute et prête à se lancer aujourd’hui dans une nouvelle aventure entrepreneuriale !  

La synthèse de l'épisode #17
La synthèse de l'épisode #17

À 35 ans, Christine a déjà fait plusieurs fois le tour de la terre depuis les airs…  Triple championne du monde de vol relatif et six fois vainqueure de la Coupe du monde, Christine est une sportive de haut-niveau qui nous raconte comme elle a appris à suivre ses envies et prendre son envol aux bons moments ! Bercée par les histoires de parachutisme de son père, Christine a toujours voulu essayer de voler ! « C’est après un baptême que j’ai su que c’était pour moi ! »

Avec un palmarès de plus de 5500 sauts et de nombreuses figures artistiques dans le ciel, son sport est une sorte de natation synchronisée aérienne qu’elle a aussi pratiqué en équipe. De cette aventure qui a duré 13 ans, Christine nous retient l’audace, la liberté et la persévérance qu’elle nécessite : « Je me décrirais comme une battante, j’ai toujours voulu gagner. Je n’ai jamais baissé les bras, et même les échecs m’ont fait aller plus loin ! »

Avec une première entreprise montée autour du parachutisme, depuis 2016 elle était monitrice de saut en chute libre. Aujourd’hui, elle pose le pied au sol pour entamer une reconversion professionnelle en naturopathie.  Christine nous raconte les débuts de cette nouvelle aventure qui correspond à une nouvelle étape de vie. L’occasion pour elle de partager sa motivation et de mettre à profit ses compétences de coach…

Vous êtes en 1ère ligne d’un nouveau saut que Christine s’apprête à réaliser et que nous vous invitons suivre pour muscler votre volonté d’entreprendre !

Bonne écoute !

Dans cet épisode, nous sommes partis à la rencontre de Laura Di Muzio, joueuse de rugby depuis ses 15 ans et aujourd’hui entrepreneuse dans la promotion du sport au féminin.

La synthèse de l'épisode #16
La synthèse de l'épisode #16

Dans cet épisode, nous sommes partis à la rencontre de Laura Di Muzio, joueuse de rugby depuis ses 15 ans et aujourd’hui entrepreneuse dans la promotion du sport au féminin.

Co-fondatrice de l’agence LJA Sports, Laura s’est lancée dans l’aventure entrepreneuriale avec 2 associés, Jannick et Alexandra, en 2016. Derrière le nom de l’agence “LJA Sports” se cache une double signification : l’une porte leur mission d’accompagnement de sportives avec l’axe “Ladies are Just Amazing” et l’autre grave les premières lettres de chacun des fondateurs : Laura, Jannick, Alex.

En parallèle de l’agence, Laura a gardé la passion du rugby dans son quotidien. Co-chef d’équipe au sein du Club de rugby de Villeneuve d’Ascq, c’est dans ce lieu emblématique que nous nous immisçons aujourd’hui pour parler de la “plus belle aventure professionnelle de sa vie”Laura partage les apprentissages et l’épanouissement que lui apporte l’aventure LJA Sports : « ****** je n’avais jamais fait cela de ma vie, et je me suis rendue compte très vite de l’évolution permanente de l’entreprise. Il a fallu se renouveler, pivoter, bifurquer, trouver des solutions, comme sur le terrain. J’adore car c’est une aventure collective. »

Derrière le travail collectif, Laura parle aussi d’agilité, de « preuve par l’action » et de confiance. Elle évoque aussi les rebondissements qui ont pérennisé l’agence et l’audace nécessaire pour entreprendre : « Si on attend que tous les voyants soient au vert, on ne fera rien : il faut tenter, essayer, même si tous les éléments ne sont pas réunis. »

Le sport féminin a une histoire à raconter, tout comme Laura qui remet en 1ère ligne
la motivation pour entreprendre !

Bonne écoute !

Rencontrer Alice Dalle, c’est rencontrer une voix, une énergie, un élan pour entreprendre !  

« Avant j’étais la copine qui chante, maintenant je suis chanteuse ! » À l’école, elle était déjà surnommée le rossignol… Pourtant, il a fallu des études de comptabilité, un voyage aux États-Unis et quelques rencontres pour qu’Alice assume sa voix et trouve sa voie !  

La synthèse de l'épisode #15
La synthèse de l'épisode #15

Depuis plusieurs années maintenant, Alice chante et fait chanter !  « Le chant, c’est un besoin pour moi, c’est un vrai massage ! » C’est ainsi que naît la chorale amateur À Bout de Souffle, la chorale qui ne manque pas d’air.

« Ma manière d’entreprendre n’est pas de réfléchir en amont, mais c’est l’action qui  m’amène à créer des entreprises et des associations en répondant à des demandes.  C’est très intuitif ! »  De fil en aiguille, Alice fait naître un nouveau projet : Voice-in !  Son objectif : « fédérer les équipes en musique ! »  

« Chez Voice-in, nous avons deux langages : celui de l’art et celui de l’entreprise.  Nous avons autant de respect pour le monde des artistes que pour celui des entrepreneurs. » 

Alors quoi de mieux et de plus innovant que de chanter avec ses collègues ! En entreprise  comme à la maison : « tout le monde peut chanter et cela fait du bien ! »  

Entre audace, rencontre et capacité à innover, c’est cette aventure entrepreneuriale et musicale que nous partage Alice dans ce podcast ! Une jolie parenthèse musicale pour entamer la journée.

À seulement 23 ans, Eva Rodenas impressionne par son dynamisme et sa bonne humeur communicative. L’étudiante en management nous raconte comment son alternance l’a amenée à concourir au niveau mondial, pour présenter le projet qu’elle a développé.

La synthèse de l'épisode #14
La synthèse de l'épisode #14

« Au début, la communication, c’était pas forcément mon fort », admet Eva. En quelques mois, la jeune alternante a rapidement gagné en compétences pour présenter son projet alliant confort, sécurité et productivité au sein des postes de travail développé chez Toyota.

Dans le cadre d’un concours organisé par l’ARIA, ce projet a été acclamé par l’ensemble de la CCI, avant d’être propulsé à l’échelle européenne, puis mondiale.

« C’est une expérience dont je me rappellerai toute ma vie. Représenter ce projet auprès de ce public en tant que femme, c’est déjà une vraie victoire. Quand on sort d’école, on a tendance à penser que le domaine de la production automobile n’est pas pour les filles. Il faut oser ! »

Oser, voilà justement un mot cher à Eva, qui se dit très épanouie et fière du travail accompli en équipe. « Moi, ce qui m’intéresse vraiment c’est de me dépasser. Le milieu de l’automobile est très stimulant. On ne manque pas de défis ! ».

Aux auditeurs et auditrices de ce podcast, elle adresse un message rempli d’optimisme : « Si vous avez des projets, allez-y, foncez ! »

Suivez Eva sur LinkedIn pour suivre son aventure professionnelle.

Bonne écoute !

Pour entamer cette nouvelle saison, Astrid Mauduit nous raconte l’histoire de Ouate, marque qu’elle a créée en février 2019 spécialisée dans les produits cosmétiques pour enfants. Elle évoque les étapes de son aventure entrepreneuriale, sa reconversion professionnelle et les challenges qu’elle a rencontré tout au long de son parcours.

La synthèse de l'épisode #13
La synthèse de l'épisode #13

Le projet d’Astrid s’inscrit dans une démarche de créer localement des produits inédits dédiés à « la catégorie des oubliés. » Elle propose aux enfants des produits adaptés à leur peau et ses besoins. Ceux-ci sont made in France, à base d’ingrédients d’origine naturelle et vegan. Avec ses packagings ludiques et colorés, « l’enjeu de la marque est d’intéresser les enfants pour qu’ils aient du plaisir et utilisent les produits en toute autonomie. »

La jeune cheffe d’entreprise nourrissait depuis plusieurs années des envies d’entreprendre.  Elle était animée par un désir de tenir les rênes, d’être le moteur d’un projet et d’une mission.

Son intérêt pour les sujets liés à l’enfance l’a poussée à monter cette entreprise, guidée par ses 4 filles qui sont aujourd’hui ses premières conseillères. « Je voulais montrer à mes enfants que le travail permet de se réaliser et de s’épanouir, » exprime-t-elle.

A 48 ans, elle a vécu un nouveau début de carrière, qu’elle voit comme une suite logique à tous les apprentissages dont elle a bénéficié lors de son parcours. Astrid a su mettre à profit toutes ses compétences, son réseau et faire appel aux bonnes personnes pour l’aider et l’accompagner dans cette aventure. Peu à peu, elle se forge une équipe constituée de toujours plus de jeunes talents.

Le projet d’Astrid est guidé par une valeur essentielle, la transmission : transmission des valeurs de l’entreprenariat, de valeurs familiales, et des gestes de soin.

Voir se concrétiser tout ce pour quoi elle a travaillé est pour elle une véritable satisfaction.

L’entrepreneuse prend à cœur chacune de ses victoires. « Il faut s’enthousiasmer au quotidien. La route est longue et il faut trouver du bonheur dans chacune des étapes pour garder l’énergie d’avancer. » A ses yeux, « un projet se construit autour de l’ambition, » conclut-elle.

Retrouvez Astrid Mauduit sur LinkedIn pour tout savoir des produits Ouate.

Bonne écoute !

1ères lignes - saison #1

Pour une dose supplémentaire d’inspiration, retrouvez les 12 premières entrepreneures de 1ères lignes sur hautsdefrance.cci.fr, ou abonnez-vous à l’émission sur votre plateforme de streaming favorite.

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous autorisez la CCI à publier, reproduire, utiliser votre avis dans le cadre de sa communication.

Contactez-nous Nous sommes là pour vous
Nathalie Delelis Responsable Pôle Partenariats & Projets innovants / emplois & compétences Contacter par email

Découvrez aussi ces solutions

Créez votre entreprise avec le programme STARTER

Un accompagnement personnalisé et intégralement financé, pour lancer votre projet de création !

Découvrez cette solution

Formation 15 jours pour entreprendre « créer, reprendre et gérer une entreprise »

15 jours pour augmenter vos qualifications professionnelles et maîtriser tous les leviers de la création-reprise d’entreprise.

Découvrez cette solution

Accélérateur rev3

Un programme d'accompagnement permettant d'actionner tous les leviers stratégiques nécessaires à la création ou au développement d'une activité en lien ...

Découvrez cette solution

A lire également

création - reprise

1ères lignes – Le podcast de celles qui font bouger les lignes

Premières lignes, c’est le podcast de celles qui font bouger les lignes en Hauts-de-France. Ces femmes entreprenantes se sont lancées ...

Quelle place pour les femmes en entreprise dans les Hauts-de-France ? 1/2

La femme la plus difficile à nommer à un poste à responsabilité, c'est celle qui ne candidate pas.

Celine Scavennec Eat AND Back
rev3 - développement durable - RSE

« A la sortie de l’accélérateur Rev3, plus rien ne pouvait m’arrêter »

Céline Scavennec a mis au point une solution zéro déchet pour le marché de la restauration livrée ou à emporter. ...